BFM Business

Pour racheter LinkedIn, Microsoft va profiter de son précieux AAA 

Pour financer le plus gros rachat de son histoire, Microsoft lance un emprunt obligataire de 20 milliards de dollars (17,6 milliards d'euros)

Pour financer le plus gros rachat de son histoire, Microsoft lance un emprunt obligataire de 20 milliards de dollars (17,6 milliards d'euros) - Stephen Brashear-Getty Images-AFP

Le géant américain du logiciel se permet le cinquième plus gros emprunt obligataire de l'histoire: 20 milliards de dollars. Mais Microsoft fait partie des entreprises les mieux notées par S&P et Moody's, un atout pour convaincre les investisseurs de l'aider à s'offrir LinkedIn.

Microsoft a choisi de s'endetter fortement pour financer le coûteux rachat du réseau social professionnel Linkedin, évalué à 26 milliards de dollars. Il a décidé d'émettre pour l'équivalent de 19,75 milliards de dollars (17,6 milliards d'euros) d'obligations en sept tranches, dont les échéances s'étalent de 2019 à 2056. La souscription est ouverte jusqu'au 8 août 2016.

L'emprunt obligataire de Microsoft est le cinquième le plus important jamais réalisé aux États-Unis et la troisième opération de cette envergure en 2016, après les emprunts de Dell, toujours dans l'informatique, de l'ordre de 20 milliards de dollars et celui du brasseur Anheuser-Bush In Bev, évaluée à 46 milliards de dollars.

Pour le géant informatique américain, recourir à un emprunt obligataire pour financer la plus importante acquisition de son histoire, est d'autant plus logique qu'il est l’une des rares grandes firmes non-financières émettrices bénéficiant encore du "AAA", la note suprême attribuée par les agences de notation Standard & Poor's et Moody's. 

La demande de souscription s'élève à 50 milliards de dollars

Compte tenu de cette excellente notation, Microsoft n'aura aucun mal à placer son emprunt obligataire, les demandes de souscription s'élevant à 50 milliards de dollars, selon le quotidien anglais Financial Times.

Le rachat de Linkedin, rendu public en juin 2016, avait été jugé comme particulièrement stratégique pour Microsoft. L'éditeur de logiciels met la main sur un gigantesque annuaire de 433 millions de professionnels (dont 9 millions en France), avec leur CV et leurs préférences, souvent engagés dans les nouvelles technologies. L'association entre les deux firmes, sur le papier, est complémentaire. Microsoft qui avait approché Facebook en 2007 n'a jamais réussi à s'imposer dans l'univers des réseaux sociaux. 

Microsoft tourne définitivement la page des smartphones

Microsoft continue de réduire la voilure dans les smartphones, avec 2.850 suppressions supplémentaires de postes dans cette activité, d'ici la fin juin 2017. "En plus de l'élimination de 1.850 postes qui avait été annoncée en mai 2016, environ 2.850 postes dans le monde seront supprimés durant l'année dans le cadre d'une extension du plan précédent", écrit le groupe dans ses comptes annuels détaillés, rendus publics sur le site internet du gendarme boursier américain (SEC). "Ces mesures devraient être achevées d'ici la fin de l'exercice (clos fin juin) 2017", poursuit le groupe. Fin juin 2016, Microsoft employait environ 114.000 personnes

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco