BFM Business

Payer avec son poignet ou son doigt, une alternative au cash en vogue

Avec ce bracelet doté d'une puce électronique intégrée, on peut payer boissons, repas, tee-shirts, disques pendant le festival Rock en Seine. Sa technologie a été développée par la société Weez Event.

Avec ce bracelet doté d'une puce électronique intégrée, on peut payer boissons, repas, tee-shirts, disques pendant le festival Rock en Seine. Sa technologie a été développée par la société Weez Event. - Service communication. Rock en Seine

Lors du festival Rock en Seine, ce week-end, on peut payer avec un bracelet électronique. Testée au JO de Rio, la bague de paiement sans contact de Visa sera vendue au grand public fin 2016. Autant d'alternatives à l'argent liquide et à la carte bancaire.

Les mouvements du poignet ou de la main vont-ils devenir indispensables pour régler des paiements ? Alors que la montre connectée peine à séduire les dizaines de millions d'utilisateurs dont rêve Apple ou Samsung, lors du festival de musique Rock en Seine qui se tient ce week-end près de Paris, les participants n'ont qu'à présenter leur poignet équipé d'un bracelet dédié pour payer leurs consommations sur place. "Vous pourrez payer avec votre bracelet cashless sur tous les bars, stands de restauration, merchandising et boutiques du festival" précisent les organisateurs.

Pour la première fois, les organisateurs de cette manifestation ont choisi la technologie de paiement sans contact développée la société française Weezevent. Déjà utilisée par quelques festivals de musique comme le récent Hellfest (mi-juin 2016), elle permet d'équiper, pendant Rock en Seine, les participants avec un bracelet embarquant une mini-carte de paiement scannée sur les stands lors de chaque achat.

Chaque transaction sans contact débite un compte prépayé "éphémère" crée pour l'occasion et alimenté avec un compte Paypal ou une carte bancaire. Il est possible de le recharger avec ce même smartphone connecté doté de l'application Rock en Seine, voire à des guichets dédiés au rechargement et disséminés sur le site.

L'usage du bracelet de paiement sans contact évite la circulation d'argent liquide ou l'utilisation de carte bancaire dont le vol ou la perte sont toujours préjudiciables. Pour bloquer son bracelet s’il est perdu ou volé, il faut se rendre à un guichet afin de transférer le solde restant sur un second bracelet, tout en bloquant le premier pour le rendre inutilisable.

A l'issue du festival, s'il reste de l'argent non-dépensé sur le compte, il faut se connecter sur le site du festival et demander en ligne à être recrédité de ce solde sur son compte Paypal ou bancaire.

Cette initiative est à rapprocher de celles de Visa, testées pendant les JO de Rio. Sa bague, utilisée par les athlètes que la société sponsorisait, incorporait toute la technologie (puce électronique et micro-antenne) nécessaire au paiement sans contact avec des terminaux compatibles. À la suite de ce test, Visa a décidé de commercialiser ces anneaux auprès du grand public dès décembre 2016.

Toujours pendant les JO de Rio, Visa a développé en partenariat avec la banque brésilienne Bradesco, un bracelet ajustable, résistant à l’eau et la transpiration, pouvant être utilisé sur tous les sites olympiques pour le paiement. Les autres banques se laisseront-elles séduire par cet accessoire qui pourraient bien concurrencer la montre connectée ?

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco