BFM Business

Finie la carte! Visa rêve de vous faire payer d’un revers de manche

Pour le patron de Visa Europe, il n’y a pas de raison pour que la fonction de paiement sur un accessoire de prêt-à-porter ne soit pas aussi omniprésente que le réveil sur les montres à quartz.

Pour le patron de Visa Europe, il n’y a pas de raison pour que la fonction de paiement sur un accessoire de prêt-à-porter ne soit pas aussi omniprésente que le réveil sur les montres à quartz. - Visa Europe

Avec le "sans contact", n’importe quel objet va pouvoir devenir un moyen de paiement. Visa Europe a demandé aux élèves de l’Université d’art et de design de Londres, d’imaginer les accessoires de mode qui remplaceront bientôt nos cartes et nos porte-monnaie.

Encore quelques années et nous n’aurons plus besoin d’avoir toujours sur nous nos papiers d’identité et nos cartes de paiement. La biométrie va rendre nos passeports obsolètes et, pour payer, un accessoire de mode suffira. Science-fiction? Pas du tout. C’est même un futur qu’imagine Visa Europe. "Il n’y a d’ailleurs aucune raison que la fonction de paiement sur un accessoire "prêt-à-porter" ne soit pas aussi omniprésente que le réveil sur les montres à quartz !", estime Nick Mackie, Directeur du paiement sans contact à Visa Europe.

Ce groupe financier, qui gère chaque année en Europe 16 milliards de transactions au rythme de 1.627 par seconde lors de pics d’activité, sait qu’avec les technologies de paiement sans contact (NFC), les smartphones ne seront pas seuls à vous permettre de régler vos achats. D’autres objets du quotidien vont eux aussi intégrer cet usage. Et pour imaginer cet avenir, Visa a proposé aux étudiants de Central Saint Martins (Londres) d’imaginer à quoi ressemblera en 2020 un accessoire de paiement "prêt-à-porter".

Généraliser dès 2019 l'usage des terminaux NFC

Le groupe bancaire a demandé à cinq élèves ou diplômés de l’école d’imaginer non seulement la forme, mais aussi "la fonctionnalité des terminaux de paiement prêts-à-porter" en 2020. Et pour compliquer le travail, les concepts "devaient remettre en cause les normes actuelles que les constructeurs appliquent aux accessoires prêts-à-porter". Trois idées ont été présentées lors du Visa Europe Partner Forum qui vient de se tenir à Londres.

Le premier, Small Change, incite à abandonner ses pièces de monnaie en les remplaçant par un gadget numérique adapté pour les enfants. Le second s’appelle Budgeteer. Il s’agit d’un bracelet connecté qui gère nos comptes par des mouvements de poignet à effectuer lors des achats. Le troisième, Thread, est un bijou connecté sécurisé avec les empreintes digitales.

Ces objets entreront-ils un jour dans notre quotidien dans les années qui viennent? C’est probable. D’ici 2019, Visa veut généraliser l’usage des terminaux compatibles NFC dans tous les commerces européens. Parallèlement, le groupe bancaire veut développer des moyens de paiement alternatifs pour ne pas les limiter aux smartphones et aux montres connectées, qu’il s’agisse de l’écosystème d’Apple, de Google ou de celui Samsung.

Pascal Samama