BFM Business

"Orange discute avec Microsoft" sur Dailymotion, confirme Stéphane Richard

Stéphane Richard veut toutefois garder la majorité dans le capital de Dailymotion.

Stéphane Richard veut toutefois garder la majorité dans le capital de Dailymotion. - -

Le PDG d'Orange, interrogé par BFM Business lundi 24 février, en marge du World Mobile Congress, a confirmé être en négociation avec Microsoft en vue d'un accord "avant tout industriel" avec Dailymotion, filiale du groupe de télécoms.

Orange est bel et bien en discussion avec Microsoft pour trouver un partenaire étranger pour développer sa filiale Dailymotion. Interviewé par BFM Business, lundi 24 février, en marge du World Mobile Congress, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, l'a confirmé.

"On a des discussions qui se poursuivent, en particulier avec Microsoft, ce qui ne veut pas dire que nous allons forcément parvenir à un accord", a-t-il expliqué, même s'il a affirmé avoir "bon espoir", arguant qu'un tel accord aurait du sens "pour nous et pour Microsoft".

"Nous souhaitons garder la majorité de Dailymotion"

Alors que la vente de Dailymotion à Yahoo avait échoué au printemps 2013, Stéphane Richard précise bien que cet accord serait "avant tout un accord industriel". "Nous souhaitons garder la majorité de Dailymotion car nous souhaitons rester maître du destin de Dailymotion qui peut encore profiter beaucoup à l'écosystème de l'innovation en France", a-t-il fait valoir.

Il a également précisé avoir "des discussions avec d'autres partenaires potentiel y compris français, plutôt dans le monde des contenus". Il estime, en effet, qu'il faut "enrichir les contenus". "Pour l'instant, Dailymotion ou Youtube sont des services 100% gratuits. Mais demain, l'avenir de ces sites est d'aller vers des contenus payants de haute qualité. Ce qui justifie le fait qu'on puisse en discuter avec des éditeurs de contenus", a-t-il développé.

Pas surpris par le possible rapprochement entre SFR et Numericable

Stéphane Richard a également réagi aux discussions entre Vivendi et Altice, qui pourraient aboutir à la cession de SFR à Numericable. Il a affirmé ne pas avoir été surpris. "Ce n'est pas pour autant qu'une opération est imminente ou facile à faire car il y a des aspects économiques ou de régulation qui sont très complexes dans ce type d'opération", a-t-il souligné.

J.M.