BFM Business

Netflix pèse lourd: 14% du trafic total Internet en France

Avec ses 3,5 millions d'abonnés, Netflix a été en 2017 à l'origine de 14% du trafic total Internet en France, derrière Google et ses 18%, selon un rapport de l'Arcep. Le service de streaming vidéo n'en générait que 9% en 2016.

La croissance de Netflix en France ne se traduit pas que par la hausse du nombre d'abonnés. Le service de streaming vidéo, et sa base estimée de 3,5 millions d'abonnés dans l'Hexagone, pèse désormais lourd dans le trafic total internet en France.

Dans son rapport 2018 sur l'état de l'internet en France, l'Arcep, le régulateur des télécoms en France, a estimé en 2017 à 14% la part du trafic total ayant son origine dans les contenus visionnés chez Netflix, en deuxième position derrière Google (Youtube inclus) et ses 18%. Sa progression d'une année sur l'autre est impressionnante puisqu'un an plus tôt, en 2016, le service de streaming vidéo ne représentait que 9% du trafic internet en France.

Cette forte croissance contribue à conforter la domination des quatre principaux fournisseurs de contenus (Google, Netflix, Akamai, Facebook) qui cumulent environ 50% du trafic entrant sur les réseaux des principaux FAI (fournisseurs d'accès Internet: Orange, Free, Bouygues Telecom, SFR) en France.

-
- © -

Le rapport de l'Arcep évoque "une concentration de plus en plus nette du trafic entre un petit nombre d’acteurs dont la position sur le marché des contenus se conforte". La consultation de contenus vidéo est la source principale de cette main-mise des géants de l'internet sur le trafic échangé.

La position de numéro 3 d'Akamai dans le trafic internet en France tient à sa place particulière dans l'écosystème du Net. Ce "plombier" de l'internet stocke sur ses serveurs les contenus des géants du web ou de l'e-commerce pour améliorer les performances (temps de réponse) perçues par l'internaute. Il diffuse les contenus d'acteurs de poids dans le téléchargement comme Ubisoft (jeux vidéo) ou de sites web mondiaux à fort trafic (Airbnb).

Enfin, le rapport de l'Arcep constate l'explosion globale du trafic internet entrant vers les quatre principaux FAI en France. Il est passé de 8,4 Terabit/s (1000 Gigabits/s) à fin 2016 à 12,1 Terabit/s à fin 2017, marquant ainsi une augmentation de 44 % en un an, alors qu'un an plus tôt, le trafic total entrant n'avait connu une augmentation annuelle que de... 36 %.

Frédéric Bergé