BFM Business

Microsoft se réfugie en Allemagne pour stocker les données de clients

Microsoft va faire héberger les données "cloud" de ses clients européens dans deux centres informatiques en Allemagne gérés par le géant Deutsche Telekom.

Microsoft va faire héberger les données "cloud" de ses clients européens dans deux centres informatiques en Allemagne gérés par le géant Deutsche Telekom. - Deutsch Telekom

Le géant confiera à Deutsche Telekom l'hébergement en Allemagne des données de ses clients européens pour les services cloud. Et les mettra ainsi hors de portée de la justice et du renseignement américains. Une option radicale inédite.

Microsoft a choisi l'Allemagne comme refuge pour y stocker les données cloud de ses clients européens particuliers comme entreprises. Ces informations personnelles et confidentielles seront dorénavant hébergées dans deux centres informatiques en Allemagne gérés par le groupe allemand Deutsche Telekom.

Ce dernier aura l'entière responsabilité de l'accès aux données et aux services (messagerie, applications professionnelles) qu'il hébergera. Autrement dit, les techniciens de Microsoft n'y auront pas accès ni directement, ni a priori indirectement. "Toutes les données clients resteront en Allemagne", a martelé Deutsche Telekom.

En désignant l'opérateur allemand comme "tiers de confiance" dans un pays réputé pour sa législation protectrice en matière de vie privée, Microsoft a choisi de mettre les données de ses clients à l'abri des foudres de la justice américaine et de la NSA, la tentaculaire agence de renseignement.

Microsoft a déployé en Irlande ses datacenters

Cette décision intervient en effet sur fond de méfiance grandissante en Europe vis-à-vis des géants américains de l'internet. Ceux-ci sont suspectés d'exploiter abusivement les données personnelles sur internet, ce à quoi un projet de directive européenne vise à remédier.

Cette méfiance grandissante a été nourrie par les révélations fracassantes ces dernières années du lanceur d'alertes Edward Snowden, sur des pratiques d'espionnage par les services de renseignement américains, la NSA, sur le Vieux continent.

La décision de l'éditeur américain est même une première pour un géant américain de l'Internet, alors qu'il investit massivement dans la construction de ses propres centres informatiques en Europe. Situés en Irlande, ils sont censés héberger les données informatiques des clients européens de ces services cloud.

L'actuel accord Safe Harbour est devenu caduc

Malgré ses implantations, qu'il a longtemps vantées comme un rempart contre les menées de l'oncle Sam, Microsoft a dû affronter la justice américaine. Celle-ci a exigé en 2014 de l'éditeur qu'il communique les données de ses clients aux autorités américaines alors qu'elles étaient stockées sur des serveurs situés en Irlande. L'éditeur a fait appel de cette décision.

L'initiative de Microsoft en Europe survient alors que le cadre juridique Safe Harbour régissant le transfert des données personnelles des Européens vers les États-Unis vient d'être mis à mal par la justice européenne.

Mais cette décision judiciaire, ajoutée aux révélations sur les pratiques d'espionnage du renseignement américain ont poussé l'UE à demander des garanties complémentaires à l'occasion de la renégociation d'un nouveau cadre juridique.

Frédéric Bergé