BFM Business

Les Français utilisent le bus ou le tram car c'est pratique et pas parce que c'est écolo

Le bus est, de loin, le moyen de transport le plus usité des voyageurs, selon l'observatoire 2018 de la mobilité, publié par l'Union des transports publics et ferroviaires.

Le bus est, de loin, le moyen de transport le plus usité des voyageurs, selon l'observatoire 2018 de la mobilité, publié par l'Union des transports publics et ferroviaires. - François Lo Presti-AFP

Pour 46% des usagers, l'aspect pratique des transports publics reste le premier motif de leur utilisation, devant la nécessité (25%) et la raison économique (15%), l'argument environnemental reculant en 4e position (14%), selon l'observatoire 2018 de mobilité de la fédération professionnelle du secteur.

N'en déplaise aux écologistes, l'argument environnemental n'est pas le premier motif avancé, et de loin, par les usagers qui prennent chaque jour le bus, le tramway ou le métro. Selon l’observatoire 2018 de la mobilité de l’UTP (Union des transports publics et ferroviaires), fédérant les entreprises du secteur, "pour la première fois, l’argument écologique, qui avait doublé entre 2015 (7%) et 2017 (14%), cesse de progresser et se positionne après le motif économique" parmi les usagers des transports publics. Pour les auteurs de l'étude, "entre 2015 et 2016, la part des voyageurs évoquant l’environnement était passée de 7 à 13% du fait de la tenue de la COP 21 en France et de ses importantes retombées médiatiques."

Dans le cadre de cette étude annuelle (réalisée en septembre 2018), un échantillon de 1500 individus âgés de 18 ans et plus, vivant dans une agglomération de 50.000 habitants ou plus ont été interrogés, afin d’obtenir 1000 utilisateurs des transports publics.

-
- © -

L'aspect pratique des transports publics est cité par 46% des voyageurs interrogés. L'étude relève toutefois que cet argument est en recul de 5 points par rapport à 2017 (51%) et que 40% des voyageurs qui apprécient les transports publics pour leur praticité ont été touchés par le mouvement de grèves de 2018. Autre raison avancée pour expliquer ce recul, "l’encombrement de véhicules de plus en plus nombreux (taxis ou VTC, véhicules de livraisons, vélos, trottinettes…) dans les couloirs de bus."

Près d’un quart des Français utilise les transports publics car ils n’ont pas d’autres solutions pour se déplacer, cette nécessité étant en deuxième position des motifs du recours aux transports publics.

"S’ils possèdent une voiture, ils ne peuvent pas l’utiliser car la durée du trajet serait trop longue et/ou car, une fois arrivés à destination, ils ne peuvent pas garer leur voiture" souligne l'étude, qui ajoute: "tous les Français, notamment les jeunes, ne possèdent pas de voiture, soit parce qu’ils n’en n’ont pas les moyens, soit parce qu’ils n’en voient pas l’utilité ou qu’ils ne disposent pas du permis de conduire".

Un quart des Français interrogés utilise le transport public car ils n’ont pas d’autres solutions pour se déplacer, cette nécessité étant en deuxième position des motifs avancés pour recourir aux transports publics.

"S’ils possèdent une voiture, ils ne peuvent pas l’utiliser car la durée du trajet serait trop longue et/ou car, une fois arrivés à destination, ils ne peuvent pas garer leur voiture" souligne l'étude, qui ajoute: "tous les Français, notamment les jeunes, ne possèdent pas de voiture, soit parce qu’ils n’en n’ont pas les moyens, soit parce qu’ils n’en voient pas l’utilité ou qu’ils ne disposent pas du permis de conduire".

-
- © -

L’argument économique, qui arrive en troisième position dans l'étude, est avancé par 15% des utilisateurs de transport public, au détriment de l'argument écologique. "Ce chiffre est probablement sous-estimé. En effet, c’est parfois en raison d’un manque de moyens que des personnes déclarent que prendre les transports publics est une nécessité", soulignent les auteurs de l'étude.

Le motif économique est plus prégnant chez les jeunes: 20% des jeunes de 18-34 ans le citent comme raison d’utilisation des transports publics.

"Le mouvement des gilets jaunes témoigne également de la priorité donnée par de nombreux Français aux contraintes économiques face aux enjeux environnementaux", conclut l'étude qui rappelle que tous les salariés, du privé comme du public, y compris ceux qui travaillent à temps partiel, bénéficient de la prise en charge par l'employeur de la moitié du coût de l'abonnement au transport public...

Frédéric Bergé