BFM Business

Les enchères pour les fréquences 700 MHz sont lancées

Les enchères portent sur six blocs de fréquences, mis à prix à 416 millions d'euros chacun.

Les enchères portent sur six blocs de fréquences, mis à prix à 416 millions d'euros chacun. - Philippe Huguen - AFP

Le gouvernement a lancé ce jeudi la procédure d'attribution des fréquences dites "en or" aux opérateurs télécoms mobiles. Les candidats sont appelés à y participer avant la fin de l'année.

Le feu vert est donné. Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, et Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat au Numérique, ont signé ce jeudi l'arrêté fixant les conditions d'attribution des lots de fréquences 700Mhz, dites "en or". Une signature qui marque le lancement de la procédure d'attribution de ces fréquences aux opérateurs mobiles.

"Cette procédure découle des objectifs de politique publique établis par le parlement et le gouvernement: la bonne valorisation du domaine public hertzien (...) l'aménagement numérique du territoire (...) une concurrence loyale", peut-on lire dans un communiqué publié par Bercy.

Ces fréquences, actuellement utilisées par la TNT, permettront aux opérateurs qui en feront l'acquisition de faire face à la montée en puissance de la consommation de data. Elles ont, en effet, comme intérêt d'assurer une meilleure pénétration des ondes à l'intérieur des bâtiments, tout en couvrant un plus large territoire à partir de chaque antenne relais.

L'Etat espère en obtenir 2,5 milliards d'euros

Le prix de réserve, ou prix minimum de départ, a été fixé à 416 millions d'euros pour chacun des six blocs de fréquences mis aux enchères. L'Etat espère en retirer un total de 2,5 milliards d'euros, ces sommes serviront à financer la rallonge accordée au budget de la Défense. Les candidats sont appelés à participer à l'appel d'offres d'ici à la fin de l'année, selon un calendrier qui sera précisé prochainement par l'Arcep, l'autorité de régulation du secteur des télécoms.

Néanmoins le régulateur a prévu d'assortir ces enchères de deux garde-fous pour plafonner la quantité de fréquences pouvant être obtenue par chaque opérateur. Aucun d'entre eux ne peut demander plus de trois blocs sur les six en vente. Orange, Bouygues Telecom et Numericable-SFR qui disposent déjà chacun de plus de fréquences basses (800 MHz et 900 MHz) que Free, ne pourront pas préempter plus de deux lots chacun. Les fréquences seront attribuées pour une durée de 20 ans.

C.C