BFM Business

Les appareils Apple sont utilisés quatre ans en moyenne avant d'être remplacés

Les appareils Apple sont conservés 4 ans et trois mois en moyenne

Les appareils Apple sont conservés 4 ans et trois mois en moyenne - Elijah Nouvelage / AFP

Un analyste américain a combiné le nombre d'appareils actifs au chiffre des ventes pour estimer la durée d'utilisation des terminaux Apple. Elle est en moyenne de quatre ans et trois mois.

Combien de temps les utilisateurs gardent-ils leur appareils Apple? Un analyste de la société américaine Asymco s’est penché sur la question. Horace Dediu a basé son étude sur un chiffre avancé par le PDG d'Apple, Tim Cook, en début d’année: 1,3 milliard d’appareils sont actifs dans le monde. Un chiffre en hausse de 300 millions comparé à l’année précédente.

Compilé au nombre d'appareils vendus, l’analyste a conclu que l'utilisation moyenne des appareils Apple est actuellement de 17 trimestres. Soit quatre ans et trois mois. Attention, ce chiffre ne correspond pas à la durée de vie de la machine, qui est bien plus longue.

Sur son site internet, la firme à la pomme affirme que chaque premier propriétaire d'appareils sous iOS et watchOS l'utilise en moyenne trois ans, contre quatre pour ceux fonctionnant avec MacOS et tvOS. Cela ne prend pas en compte la revente ou la cession, par exemple.

La durée d'utilisation des iPhone en hausse 

Le défaut principal de cette étude est qu'elle ne fait aucune distinction entre les Mac, iPhone et iPad. Mais en prenant en compte le volume des ventes, elle pourrait presque être résumée au smartphone d'Apple. Sur le dernier trimestre de 2017, Apple a écoulé 77,3 millions d'iPhone, contre seulement 13,2 millions d'iPad et 4,3 millions de Mac.

La durée d'utilisation des appareils Apple est en hausse, selon l'analyste américain. Pour les smartphones, cela pourrait s'expliquer par un manque d'innovation, qui a dissuadé certains de s'offrir le dernier modèle. En effet, l'iPhone 8 a sensiblement le même design que le 6, présenté en 2014. Seul l'iPhone X intègre la technologie de la reconnaissance faciale. 

Pauline Dumonteil