BFM Business

Les 5 piliers numériques de l'Estonie qui pourraient inspirer l'Europe

-

- - Petras Malukas - AFP

L’Estonie a pris la présidence tournante de l’Union européenne pour les six prochains mois. Précurseur dans le domaine, ce pays de 1,3 million d'habitants a mis le numérique au coeur de son fonctionnement. Suffisant pour inspirer l'Europe pour sa stratégie numérique?

Près de trois ans après que l'ex Premier ministre Andrus Ansip devienne vice-président de la commission européenne en charge du numérique, l'Estonie a pris la présidence tournante de l’Union européenne pour les six prochains mois. Une période pendant laquelle les projecteurs seront braqués sur ce pays de 1,3 million d’habitants très en pointe sur le numérique, un domaine qui l’a fait sortir d’une crise économique majeure en à peine plus d’une décennie.

Le pays a fait de l’accès à Internet un droit fondamental, en donnant accès au réseau à tous ses habitants, sur l'ensemble du territoire. L'Estonie a ainsi simplifié son administration et réduit ses coûts. Elle attire des entrepreneurs étrangers, a réduit son taux de chômage, et a amélioré son système éducatif au point d’être dans le peloton de tête du rapport Pisa (programme international pour le suivi des acquis). Autant de compétences et d'expériences qui pourraient permettre d’accélérer l’agenda numérique européen sur le marché unique du numérique et d'aborder la protection des données privées.

Lors d’une conférence de presse dans la capitale Tallinn pour le début de la présidence estonienne, le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker a reconnu qu’il n’avait toujours pas de téléphone portable. En entendant cela, le premier ministre estonien Jüri Ratas n’a pu que sourire, en se rappelant peut-être que pour convier Juncker à Tallinn, il avait dû envoyer une lettre, comme cela se faisait autrefois.

Internet, un droit fondamental

Depuis 2005, Internet est accessible sur la totalité du territoire estonien. Même dans les forêts, selon l'ambassade d'Estonie en France, afin de permettre à l’ensemble de la population d’effectuer ses démarches administratives, ou de s’informer. Dans ce pays ultra connecté, on dénombre 120 smartphones pour 100 habitants. Le jour de la rentrée, chaque élève en reçoit un avec ses livres scolaires. 

Le pays de la citoyenneté numérique 

Tous les Estoniens de plus de 15 ans disposent d’une carte d’identité numérique. Une mesure prise dès 2002 pour permettre à tous d'étudier, de s’informer, de consommer, de communiquer et même de voter à l’élection présidentielle… Plus d’un millier de services ont été créés, remplaçant ainsi la paperasse, les files d’attente et les démarches administratives complexes. Il est même possible de payer des services publics, comme des places de stationnement par SMS.

e-Resident, un statut pour les entrepreneurs étrangers

Le pari du tout numérique n’a pas été fait uniquement pour améliorer la vie des Estoniens. Il vise aussi à attirer les entrepreneurs de toute la planète avec le statut d’e-résident qui a été créé en 2014. Cette carte, qui coûte 100 euros, permet d’obtenir une identité numérique sans pour autant habiter dans le pays. Elle est certifiée par un système de biométrie et de signature numérique pour créer une entreprise via Internet où que l’on soit sur la planète. Avec ce sésame, un entrepreneur peut régler l’ensemble des démarches administratives pour créer une entreprise en moins d’une vingtaine de minutes et de la gérer où que l'on se trouve sur la planète. Mais aussi, il pourra bénéficier d'une fiscalité de 20% sur les bénéfices qui a valu au pays d'être considéré comme un paradis fiscal 2.0. Le but pour le gouvernement estonien est de séduire 10 millions d’entrepreneurs en 10 ans, soit dix fois plus que la population. Fin 2016, 13.000 personnes ont fait l’acquisition de cette carte.

Une e-ambassade du numérique au Luxembourg

En 2018, l’Estonie sera le premier pays du monde à disposer d’une e-ambassade. Installée au Luxembourg, elle est en réalité un datacenter qui hébergera les données privées et sera installé dans le Grand Duché, mais soumis à la législation estonienne. L’idée est de protéger l'Estonie d’éventuelles cyber-attaques qui lui porteraient un coup très dur. Cette idée a été mise en place dès 2008 après des cyberattaques qui, selon le gouvernement estonien, auraient été menées par la Russie. Selon le site Quartz, l’Estonie a mis en place cette stratégie pour faire face à l'éventuelle invasion d'une puissance étrangère qui voudrait s’emparer des données nationales. Une sauvegarde de ces informations sera donc faite en temps réel sur le territoire luxembourgeois sans que les autorités du Grand Duché n'en aient le contrôle.

Le numérique au cœur du système éducatif

Le classement Pisa de l'OCDE publié l’an dernier a fait grincer les dents dans certains pays et donné le sourire à d’autres. Sur 70 pays, l’Estonie était dans le haut du classement (9e en maths, 3e en sciences et 6e en lecture). Lors d’une conférence à l’ambassade d’Estonie à Paris, Mart Laidmets, sous-secrétaire général de l’enseignement général et professionnel, expliquait que la clé de la réussite scolaire reposait sur le numérique. Pas seulement par la maîtrise du code informatique, mais en "donnant à tous accès à la connaissance quel que soit le milieu social ou l’origine géographique des habitants". Dès 1997, tous les établissements scolaires ont été connectés et l'ensemble du corps enseignant a été formé. Chaque année, en fin de cycle scolaire, un questionnaire de bien-être est rempli en ligne par les élèves, les professeurs et les parents pour améliorer le système l'année suivante.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco