BFM Business

Le"cloud à la française" va-t-il profiter du scandale Prism?

Les entreprises s'interrogent sur la localisation de leurs données

Les entreprises s'interrogent sur la localisation de leurs données - -

Les géants américains, Amazon, Google, Microsoft, ont été éclaboussés par le scandale Prism. L'occasion pour le cloud français de tirer son épingle du jeu.

Pour les clients de Google, Microsoft et Amazon, c'est un retour brutal à la réalité. Du nuage où leurs données sont stockées, Prism les a ramenés à des préoccupations beaucoup plus terre à terre : qui a vraiment accès à mes données ? C'est le gouvernement américain qui espionne, mais c'est bien la réputation des géants du web qui est engagée.

Une récente étude estime qu'ils pourraient perdre jusqu'à 20% de leur part de marché à l'international dans les trois prochaines années. Un manque à gagner de 35 milliards de dollars. Une aubaine pour le "cloud à la française" qui garantit un stockage national des données.

Un hébergeur aux Etats-Unis et un en France

Chez Orange, si un afflux massif de clients n'est pas encore observé depuis Prism, les interrogations des entreprises se font de plus en plus précises, sur la localisation des données surtout.

Autre évolution notée par un expert du secteur : les entreprises font désormais appel à plusieurs hébergeurs, un aux Etats-Unis et un en France. Plus question de mettre tous ses oeufs dans le même panier. Pour les adeptes du cloud, Prism marque le passage à l'âge adulte, d'un angélisme débridé à un pragmatisme méfiant.

Anthony Morel