BFM Business

La voiture autonome de Google roulera dès cet été sur les routes américaines

Les "Google car" se sont retrouvés impliqués dans onze accidents

Les "Google car" se sont retrouvés impliqués dans onze accidents - Getty Images North America - AFP

Le géant américain a annoncé vendredi 15 mai que son modèle de voiture autonome sera expérimenté dès cet été sur les routes américaines. Leur vitesse sera toutefois limitée dans un premier temps à 40km/h.

Il sera bientôt possible de voir rouler le "Google Car". Le groupe américain a, en effet annoncé vendredi 15 mai sur son blog qu'il alliat mettre sa voiture sans conducteur sur la route dès cet été, l'expérience étant limitée dans un premier temps à la Californie .

"Nous annonçons maintenant la prochaine étape de notre projet: cet été, quelques-uns de nos véhicules prototypes vont quitter la piste d'essai pour aller sur les routes plus normales de Mountain View, Californie, avec nos ingénieurs testeurs à bord", a affirmé le chef du projet, Chris Urmson, sur le blog du groupe.

Mountain View est le siège social du groupe, situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de San Francisco.

"Nous avons soumis nos véhicules à des tests rigoureux dans nos centres d'essais pour nous assurer que les logiciels et capteurs fonctionnent comme prévu sur ces véhicules", a-t-il ajouté.

La voiture de Google, qui ressemble à un "oeuf" de téléphérique, fonctionne avec la même technologie qu'une flotte de voitures plus traditionnelles, des Lexus, également utilisées par le constructeur et qui ont couvert plus de 1,6 million de kilomètres. Selon Chris Urmson, cela correspond à 75 années de durée de conduite pour la moyenne des conducteurs américains.

Des automobiles impliquées dans onze accidents

La vitesse des véhicules autonomes va être limitée dans un premier temps à 40 km/h "et pendant cette prochaine phase de notre projet, nous aurons des testeurs à bord avec un volant amovible, des pédales d'accélérateur et de frein pour leur permettre de prendre les commandes s'il le faut", a précisé Chris Urmson.

"Nous sommes impatients de voir comment la communauté perçoit et interagit avec ces voitures et de découvrir de nouveaux défis uniques aux véhicules autonomes", écrit-il. Google avait reconnu en début de semaine que ses prototypes de véhicules autonomes Lexus avaient été impliqués dans 11 accidents de la circulation mais que pour aucun d'entre eux la technologie utilisée ne pouvait être mise en cause.

J.M. avec AFP