BFM Business

La chaîne KFC teste le paiement par reconnaissance faciale en Chine

La reconnaissance faciale est testée par Alibaba dans les restaurants KFC de la ville de Hangzhou, au sud de Shanghai.

La reconnaissance faciale est testée par Alibaba dans les restaurants KFC de la ville de Hangzhou, au sud de Shanghai. - Alibaba-Ant Financial Services

Après la lecture de l'empreinte digitale, la reconnaissance faciale permettra-t-elle demain de sécuriser tous les paiements? En Chine, le géant de l'e-commerce Alibaba teste cette technologie dans les fast food de KFC.

Payer en fixant une caméra? C'est la promesse de la reconnaissance faciale lorsqu'elle est utilisée pour sécuriser un paiement électronique. Alors qu'Apple Pay permet la lecture d'empreinte digitale sur le smartphone pour fluidifier les achats en ligne sans recourir à la carte bancaire, Alibaba, via Ant Financial, sa filiale spécialiste des paiements, va un cran plus loin dans le recours à la biométrie.

Dès 2015, lors du salon Cebit, qui se tient chaque année à Hanovre en Allemagne, le géant chinois de l'e-commerce avait effectué la démonstration d'une technologie de reconnaissance faciale utilisée pour régler en ligne un achat depuis un smartphone.

En deux ans, Alibaba a évolué et a décidé d'explorer aussi cette technologie pour des achats classiques effectués "hors ligne", en magasin. Il s'est allié avec la chaîne de restauration rapide KFC, pour y tester le paiement sécurisé par analyse du visage du consommateur dans quelques uns de ses magasins de la ville d'Hangzhou, dans la province côtière du Zhejiang, au sud de Shanghai. Le choix de ces magasins est tout sauf anodin: Alibaba détient une participation dans la société chinoise Yum, qui exploite la franchise KFC en Chine.

Une caméra scrute en profondeur le visage pour valider le paiement

Pour conclure un paiement dans les fast food KFC de cette ville, un client, à condition qu'il dispose d'un compte bancaire chez Alibaba devra se placer devant une borne de commande dotée d'une webcam qui prendra une photo et analysera son visage. Les informations liées à son compte permettent d'effectuer une vérification d'identité. Un clic de confirmation et la saisie (optionnelle) sur la borne du numéro du téléphone mobile du consommateur, valident le processus.

La technologie employée utilise des caméras 3D. Elles analysent en profondeur le visage qui se présente à elles et parviendraient à l'identifier même si ce dernier est grimé ou affublé d'une perruque. Elle a été développée par la start-up chinoise Megvii, qui a levé 150 millions de dollars auprès d'investisseurs dont le puissant industriel taïwanais Foxconn.

Alibaba n'est pas totalement pionnier en matière de recours à la reconnaissance faciale pour sécuriser les paiements. MasterCard a testé en 2016 l'authentification du paiement en ligne par smartphone grâce à un selfie du client. Testée aux Pays-Bas auprès de clients d'ABN Amro, cette innovation avait concerné 750 utilisateurs pionniers.

Frédéric Bergé