BFM Business

La 5G va-t-elle relancer un marché des smartphones saturé?

-

- - AFP

En recul depuis plusieurs trimestres, les ventes de smartphones pourraient reprendre des couleurs grâce à la généralisation de la 5G à partir de 2020. Mais il ne faut pas non plus s’attendre à un fort rebond.

Saturation des marchés matures, manque d’innovation, détention plus longue des terminaux par les utilisateurs : les raisons du repli continu des ventes de smartphones sont connues. Selon le cabinet d’études IDC, les livraisons mondiales devraient encore reculer cette année de 2,2% à 1,37 milliard d’unités.

Les fabricants qui jouent avant tout la carte du volume commencent à s’arracher les cheveux. Comment redonner de l’air au marché? Certains parient sur de nouveaux designs comme le smartphone pliable. Mais pour les spécialistes, ils ne changeront pas la donne.

"Les smartphones pliables resteront des modèles de niche, notamment à cause de questions de fabrication qui limiteront le volume proposé et des questions de fiabilité", juge Roberta Cozza, directrice de recherche chez Gartner. La spécialiste ajoute évidemment le facteur prix comme frein "même pour les early-adopters".

Rebond relatif

La 5G offre un peu plus d’espoir. Cette nouvelle technologie réseau qui apporte dix fois plus de débits que la 4G va commencer à se généraliser l’an prochain, notamment en Europe. Les fabricants préparent leurs modèles, certains se sont déjà lancés. Cette promesse de vitesse record va-t-elle redonner des couleurs aux ventes? Car la plupart des utilisateurs ne disposent pas de smartphones qui sont déjà compatibles avec cette technologie. Ils devront donc se rééquiper pour pouvoir en bénéficier. 

Le rebond devrait être réel mais limité, estiment les experts d’IDC. Pour 2023, le cabinet mise sur une timide progression des ventes de 1,1% (par rapport à 2018) à 1,48 milliard d’unités écoulées. Pas de quoi sabrer le champagne mais la tendance s’inverserait.

"Pour être clair, nous ne pensons pas que la 5G sera le sauveur des smartphones, mais il s’agit bien d’une évolution technologique critique. Nous nous attendons à ce que l'adoption de la 5G soit plus lente que celle de la 4G, compte tenu du taux de pénétration des smartphones", commente Ryan Reith, vice-président d'IDC chargé du programme Worldwide Mobile Device Trackers.

5G : un tropisme pro

IDC table sur une multiplication des terminaux compatibles 5G dès le début 2020, notamment dans le segment moyen gamme. Ce qui devrait avant tout profité à Android de Google qui détiendrait en 2023 une part de marché de 87,4%, contre 12,6% pour iOS d’Apple qui équipe les iPhone. Rappelons que les derniers iPhone 11 ne sont pas compatibles 5G, alors que les ventes d'iPhone sont attendues en baisse de 15% cette année, selon les analystes.

Reste que ce faible rebond global prévu par IDC s’explique aussi par l’absence de gains clairs pour le grand public au-delà de l’augmentation des débits. La 5G a en effet avant tout un réel apport du côté des entreprises, grâce notamment à une latence très basse. Que ce soit pour les véhicules autonomes, la logistique, la médecine à distance, les villes intelligentes ou encore les usine 4.0.

Olivier CHICHEPORTICHE