BFM Business

L'Hyperloop, le transport du futur?

Elon Musk, déjà fondateur de Paypal, Tesla et SpaceX, a annoncé un nouveau mode de transport révolutionnaire. Mais il pourrait se faire attendre.

Elon Musk, déjà fondateur de Paypal, Tesla et SpaceX, a annoncé un nouveau mode de transport révolutionnaire. Mais il pourrait se faire attendre. - -

Des cabines pour se déplacer à plus de 1.000 km/h dans une sorte de canon à propulsion, voilà le nouveau projet d'Elon Musk, fondateur de Tesla, Paypal et SpaceX. Ce 12 août, celui qui a servi de modèle à Iron Man doit présenter un premier design de cet Hyperloop.

C'est le nouveau pari d'Elon Musk, l'homme derrière Tesla, SpaceX, SolarCity et l'un des fondateurs de PayPal. Le milliardaire présente, ce lundi 12 août, les premiers détails autour de son Hyperloop, un cinquième mode de transport capable, par exemple, de traverser les USA en 45 minutes, affirme-t-il.

Depuis qu'il en a parlé il y a un an, il y a eu beaucoup d'effervescence autour de ce mode de transport révolutionnaire. Pourtant on risque de ne pas en savoir vraiment plus ce lundi. Elon Musk l’a reconnu, il a peut-être parlé un peu trop vite, et n’a pas vraiment eu le temps de travailler dessus.

Six milliards de dollars

L'Hyperloop, c'est le croisement du Concorde et d'un canon à propulsion. "Vous partez quand vous arrivez", dit Elon Musk à propos de son nouveau pari. Un nouveau mode de transport qui ressemble au rêve le plus fou, la téléportation. Son prix, il l'estime à six milliards de dollars, soit 1/10ème de ce que va coûter le train à grande vitesse en Californie.

Son terrain de jeu justement, la Californie: l'Hyperloop doit relier San Fransisco à Los Angeles en 30 minutes, sans rails, à une vitesse de plus de 1.000 km/h. Le tout fonctionnerait à l’énergie solaire, une autre technologie dans laquelle Elon Musk est très présent avec SolarCity.

Voilà pour le principe, parce qu’avant de monter dans un Hyperloop, il va falloir encore être patient. Elon Musk l'a redit la semaine dernière, il n'a pas vraiment eu le temps de travailler dessus. Mais ce lundi, il fournira un design, il s'y engage. Ce sera un premier jet pour lequel il attend des critiques, des idées, et des contributions, un peu sur le modèle des logiciels libres.

Aurélie Boris correspondante à New York