BFM Business

Internet mobile: comment Google veut en finir avec les frontières

Le groupe américain serait en négociations avec des opérateurs pour que les utilisateurs américains de ses services puissent se connecter où qu’ils soient dans le monde et… sans surcout.

Le groupe américain serait en négociations avec des opérateurs pour que les utilisateurs américains de ses services puissent se connecter où qu’ils soient dans le monde et… sans surcout. - Damien Meyer (AFP)

Google veut mettre un terme aux frais d’itinérance qui empêchent les internautes de se connecter hors de leur pays. Sa solution : créer sa propre offre... gratuite.

Pour laisser des données, il faut être connecté. Cette lapalissade pourrait devenir un slogan chez Google qui veut que tous les internautes puissent se connecter quand ils veulent, mais aussi où qu’ils soient.

Le géant américain a décidé de s’attaquer aux frais d’itinérance, ce qu'en anglais, on appelle le roaming. Pour rappel, il s’agit de permettre à un abonné d’utiliser des réseaux lorsqu’il se trouve à l’étranger. Problème, le surcoût de ces communications dissuade de consulter son smartphone pour lire ses mails, poster une photo sur Facebook ou regarder BFM en direct, sauf lorsqu'on dispose d'une connexion wifi gratuite.

Touché au coeur de son business modèle, Google a décidé de prendre les choses en main en devenant un MVNO, soit un opérateur télécom sans réseau. Selon le journal britannique The Telegraph, le géant américain serait en négociation avec des opérateurs pour que les utilisateurs américains de ses services puissent le faire où qu’ils soient dans le monde et... sans surcoût.

Une alliance avec le milliardaire Li Ka-Shing

Le site évoque des discussions avec Hutchison Wampoa Ltd (HWL), l’opérateur de l’empire de Li Ka-Shing, le milliardaire de Hong Kong qui possède déjà plusieurs opérateurs européens sous la marque Three, déclinée dans plusieurs pays (Irlande, Italie, Suède, etc...).

Un accord permettrait à Google d’offrir ce service habituellement très couteux. Sous quelles conditions ? Rien ne filtre encore sur ce point. Google ne veut pas commenter ce sujet, mais The Telegraph cite un proche d’HWL qui affirme que l’opérateur a déjà éradiqué le roaming payant de ses services.

L’Europe est également sur le point de mettre fin aux frais d'itinérance qui n’ont d’intérêt que pour l’opérateur. Ou plutôt, elle l’était. La fin de ce service surfacturé aurait dû disparaître cette année. Mais les géants européens des télécoms ont réussi à arracher un délai supplémentaire jusqu’en 2018. D’ici là, Google aura déjà lancé son offre aux Etats-Unis.

Pascal Samama