BFM Business

Google persiste dans les paiements mobiles

Google veut contrer Apple sur le marché du paiement mobile.

Google veut contrer Apple sur le marché du paiement mobile. - Google

Le Google Wallet n'a jamais vraiment décollé, pourtant Google vient d'annoncer l'acquisition d'une série de technologies et brevets dans le domaine du paiement mobile.

Google refuse de lâcher l'affaire. Le géant internet américain tente de reprendre l'initiative dans les paiements mobiles grâce à un accord dévoilé lundi 23 février avec plusieurs grands opérateurs de téléphonie aux Etats-Unis, qui répond à l'arrivée du rival Apple sur le marché. Le groupe internet propose depuis plusieurs années un porte-monnaie électronique, Google Wallet, qui n'a toutefois jamais vraiment décollé.

Google annonce pourtant sur son blog officiel l'acquisition d'une série de technologies et de brevets de Softcard, un système de paiement contrôlé par les opérateurs de téléphonie mobile AT&T, T-Mobile USA ou Verizon, "afin d'améliorer Google Wallet".

L'accord avec les trois opérateurs prévoit aussi que tous les smartphones que ceux-ci vendront à partir de "plus tard cette année" auront l'application Google Wallet préinstallée s'ils fonctionnent sous Android.

Ce système d'exploitation développé par Google est utilisé par une série de fabricants, et fait fonctionner actuellement quelque 85% des smartphones vendus dans le monde.

LoopPay rivale d'Apple Pay

Cet accord "aidera à mettre Google Wallet en contact avec davantage d'utilisateurs potentiels, mais le marché des paiements mobiles aux Etats-Unis restera concurrentiel et fragmenté pour au moins quelques années, alors que divers acteurs tentent de gagner du poids auprès des consommateurs", souligne Bryan Yeager, un analyste de la société de recherche eMarketer. Il rappelle que Google Wallet "ne sera pas la seule option de porte-monnaie mobile pour les utilisateurs d'Android".

L'un des grands utilisateurs d'Android, le groupe d'électronique sud-coréen Samsung, avait ainsi annoncé la semaine dernière le rachat de la startup américaine spécialisée dans les paiements depuis un mobile LoopPay.

Cette dernière se pose en rivale d'Apple Pay, le service de paiements lancé en octobre aux Etats-Unis par la marque à la pomme, et utilisable avec ses tout derniers modèles d'iPhone (6 et 6 Plus) ainsi qu'avec la future montre connectée Apple Watch. Apple Pay est, comme Google Wallet, basé sur la technologie de paiement "sans contact" NFC.

eMarketer estime que 3,5 milliards de dollars de paiements mobile, réalisés avec un smartphone plutôt qu'avec une carte de crédit ou du liquide, ont été effectués aux Etats-Unis l'an dernier, et qu'ils pourraient atteindre 27,5 milliards en 2016 et 118 milliards en 2018.

D. L. avec AFP