BFM Business

Entre Accorhotels et Booking.com, c'est "Je t'aime moi non plus"

Le nouvel accord entre Booking.com et AccorHotels prend effet dès le 1er avril 2016.

Le nouvel accord entre Booking.com et AccorHotels prend effet dès le 1er avril 2016. - Kenzo Tribouillard-AFP

"Le premier groupe hôtelier français vient de renouveler son partenariat avec le géant de la réservation d'hôtels. Un accord qui ne l'empêche pas de chercher à contrecarrer l'hégémonie de Booking en accueillant sur son propre site de réservations des établissements indépendants."

Dans l'univers "impitoyable" du tourisme sur Internet, concurrence et partenariat peuvent faire bon ménage. Booking.com, principal plate-forme indépendante de réservations d'hôtels (filiale du géant Priceline) a renouvelé son partenariat avec AccorHotels. Forte de 510.000 chambres dans 92 pays, la chaîne française verra ce nouvel accord prendre effet le 1er avril 2016.

Pour la plate-forme Internet, ce renouvellement est une excellente nouvelle. Il en fait donc allègrement la promotion. "La diversité du portefeuille de marques d'AccorHotels est très appréciée de nos clients partout dans le monde" se plaît à souligner Gillian Tans, présidente et directrice des opérations de Booking.com. Du côté du groupe hôtelier, on se montre moins disert. Le renouvellement du partenariat ne fait l'objet d'aucun commentaire particulier.

Il faut dire que s'ils se connaissent de longue date, les deux partenaires entretiennent une relation complexe qui mêlent coopération quasi-obligée et affrontement commercial ouvert.

AccorHotels invite les hôtels indépendants sur son site

Tout en ayant besoin, pour assurer le remplissage de ses établissements, de la puissance de feu des grands sites indépendants de réservation comme Booking.com, le groupe hôtelier veille à ne pas dépendre à l'excès de ces intermédiaires. Non contents de prélever une confortable commission sur chaque réservation, ceux-ci coupent de surcroît les hôteliers de la relation commerciale directe avec leurs clients. Le groupe français le sait d'autant mieux qu'il cherche à fidéliser les voyageurs qui réservent en ligne par sa plate-forme, en leur offrant moult avantages (reconnaissance à l'arrivée, avantages tarifaires, nuits gratuites pour ceux qui cumulent suffisamment de points).

Pour mieux rivaliser avec les grands acteurs de la réservation sur Internet et récupérer une partie de la valeur qui lui a échappé, AccorHotels a même décidé en 2015 de les attaquer sur leur terrain en renforçant l'offre de son site de réservation en ligne avec des chambres exploitées par des hôteliers indépendants. Et ça marche. Le géant français a déjà réussi à séduire 300 hôtels partenaires, essentiellement en Europe et en Asie.

Son PDG, Sébastien Bazin, promettait au passage des conditions avantageuses à tous ceux qui rejoindront sa place de marché. Soulignant que les commissions de Booking.com ont plus que doublé en 3-4 ans et que les marges des hôteliers indépendants ont dû passer de 20 à 10%, il promettait des conditions "inférieures aux agences en ligne de 30 à 50%". Un prélèvement qu'il connaît bien puisqu'il le subit tous les jours lorsque les clients réservent des nuitées par ces sites...

Frédérc Bergé