BFM Business

Cette surprise que Google réserve à la France

Google annoncera d'ici quelques semaines un plan détaillé d'aide aux entreprises françaises. Il devrait aussi confirmer une enveloppe de 25 millions d'euros pour l'Europe.

Google annoncera d'ici quelques semaines un plan détaillé d'aide aux entreprises françaises. Il devrait aussi confirmer une enveloppe de 25 millions d'euros pour l'Europe. - Nestlé/Google (AFP)

En Europe, la réorganisation de Google est en marche. Le groupe va aller plus loin avec une annonce destinée à aider nos PME à mieux développer leur stratégie numérique mobile.

Les relations entre l’Europe et les géants du net s’adoucissent ou, en tout cas, prennent le chemin d’une réconciliation. À peine sa réorganisation européenne annoncée, le groupe s’apprêterait déjà à aller plus loin.

Selon nos sources, il s’apprête à dégager un budget de 25 millions d’euros pour aider les entreprises européennes à mieux développer leur stratégie numérique. Mais le groupe californien devrait aussi prendre les pays au cas par cas. Et la France semble être en tête de liste.

Il devrait fera "une grande annonce" d’ici la fin du mois d’avril. Il tient à réserver la surprise aux Français. A priori, les gros dossiers réglementaires, comme la fiscalité ou les données privées, ne seront pas concernés. Il s’agira certainement plus d’un plan d’aide aux entreprises concocté spécialement pour la France.

Smartphones et tablettes au coeur des stratégies d'entreprises

Après le grand public, le monde des PME est la cible de Google comme le confirme Matt Brittin, patron de Google Europe, sur son blog.

Dans ce cadre, le groupe a aussi annoncé le lancement de son programme Android for Work, qui veut aider les professionnels à développer une stratégie mobile dans leurs activités.

Le but est de mettre smartphones et tablettes au coeur des stratégies numériques professionnelles avec des applications développées pour répondre à leurs enjeux.

Si l’enjeu est évidemment commercial, surtout pour Google qui sera le premier bénéficiaire de cette stratégie, il est également politique. En échange de revenus et de créations d’emplois, le groupe américain tentera-t-il d’adoucir ses relations avec le ministère des Finances ?

Pascal Samama