BFM Business

Bridage des iPhone: Apple dans le viseur des autorités américaines

Apple fait déjà l'objet d'enquêtes en France et en Italie.

Apple fait déjà l'objet d'enquêtes en France et en Italie. - Thimothy A. Clary - AFP

Selon l'agence Bloomberg, le groupe fait l'objet d'enquêtes sur un éventuel manquement aux règles boursières.

Le ministère américain de la Justice et le gendarme de la Bourse, la SEC, enquêtent sur un éventuel manquement d'Apple aux règles boursières concernant le ralentissement volontaire de certains iPhone, selon l'agence Bloomberg.

La firme à la Pomme avait reconnu en décembre brider volontairement les performances de certains anciens modèles d'iPhone (iPhone 7 et précédents) pour éviter qu'ils ne s'éteignent de façon intempestive, une éventualité susceptible de se produire, dans certaines conditions, lorsque la batterie commence à vieillir.

Apple avait introduit ce bridage dans une mise à jour de son système mobile il y a un an. La question est de savoir s'il aurait dû avertir ses usagers de façon claire des effets concrets de cette mise à jour, à savoir le ralentissement de l'appareil.

Enquêtes en France et en Italie

Apple fait déjà l'objet d'enquêtes dans ce cadre en Italie et en France, où le parquet de Paris a ouvert le 5 janvier une enquête préliminaire pour "obsolescence programmée" et "tromperie", le constructeur étant accusé par des groupes d'usagers d'avoir caché le bridage des iPhone et d'y procéder afin de pousser les consommateurs à acheter de nouveaux modèles. Le groupe informatique fait également l'objet de plaintes pour les mêmes raisons aux États-Unis.

Pour tenter d'atténuer les critiques, Apple a présenté ses excuses, baissé le prix de remplacement des batteries et promis pour le printemps une nouvelle mise à jour qui laisse à l'usager le choix de ralentir ou non l'appareil lorsque la batterie donne des signes de faiblesse.

Ces informations sur de possibles enquêtes des autorités américaines interviennent alors qu'Apple est sous pression depuis plusieurs jours, en raison de rumeurs persistantes sur de mauvaises ventes de son dernier modèle, le luxueux iPhone X, commercialisé depuis début novembre.

Y.D. avec AFP