BFM Business

Amazon veut lancer un service de livraison "façon Uber"

Amazon envisage de recourir à des particuliers rémunérés, acceptant de livrer ses colis, en complément ou à la place de ses prestataires habituels de livraison.

Amazon envisage de recourir à des particuliers rémunérés, acceptant de livrer ses colis, en complément ou à la place de ses prestataires habituels de livraison. - Andrew Yates-AFP

Le géant de l'e-commerce va proposer aux particuliers de s'improviser livreurs en échange d'une rémunération. Une façon de faire jouer la concurrence avec ses prestataires de livraison, qui lui coûteraient de plus en plus cher.

Votre voisin va t-il devenir celui qui vous livrera à domicile votre dernière commande Internet passée chez Amazon? Le géant américain de l'e-commerce développe une application mobile qui lui permettrait de recruter des particuliers en les rémunérant pour assurer des livraisons.

Selon le Wall Street Journal, qui révèle l'information, le futur service en ligne, répondant au nom de code interne "On my Way" (littéralement, "sur ma route" en français), supposerait le stockage temporaire des paquets dans des magasins. Des particuliers de passage, recrutés par Amazon, viendraient ensuite les récupérer pour les livrer en poursuivant leur itinéraire. Un service directement inspiré par UberPop, dont les chauffeurs non-professionnels ne font pas que transporter que des passagers.

Amazon a d'ailleurs testé l’an dernier la livraison de colis à San Francisco qui était assurée par des taxis de la ville et... par des chauffeurs Uber. La start-up californienne qui assure déjà dans quelques villes aux Etats-Unis, avec UberEats, la livraison de nourriture fraîche pourrait être même tentée de devenir un partenaire plus régulier d'Amazon en matière de logistique...

Amazon teste aussi la livraison au moyen de drones

Le projet d'Amazon de recourir à des livreurs non-professionnels viserait à peser indirectement sur les coûts de livraison, qui auraient augmenté de 31 % en 2014 pour Amazon.

Le géant américain explore de multiples pistes pour diversifier sa manière de livrer ses clients à leur domicile. Il a même, en 2014, cherché à convaincre l'administration fédérale américaine de le laisser mener des tests de livraison au moyen de mini-drones civils.

Selon le quotidien américain, recourir à des particuliers pour effectuer des livraisons ne sera pas une mince affaire. Il va d'abord falloir convaincre les commerçants qui stockerait temporairement les colis à livrer de coopérer avec leur grand rival en ligne. Il lui faudra aussi s'assurer de la fiabilité et de la rigueur de livreurs non-professionnels recrutés pour l'occasion.

Enfin, le principal défi sera aussi de nature économique. Pour concurrencer un géant de la logistique UPS, dont le coût de revient moyen de livraison aux Etats-Unis serait, selon le Wall Street Journal de 8 dollars par colis, Amazon devra obtenir de ses livreurs non-professionnels, un coût bien inférieur.

Frédéric Bergé