BFM Business

3Dvarius, le premier violon "imprimé" en 3D

Le violon a été réalisé en résine transparente.

Le violon a été réalisé en résine transparente. - 3DVarius

Ses lignes épurées et son corps en résine transparente en font un instrument de musique totalement inédit : c'est le premier violon fonctionnel, réalisé par impression 3D.

Encore un nouvel exploit réalisé par une imprimante 3D. Avec cette fois en ligne de mire, les luthiers qui n'auraient sans doute jamais songé qu'une machine puisse produire un instrument d'une qualité irréprochable.

Le premier violon électrique (avec capteur sonore au niveau des cordes) est l'oeuvre de Laurent Bernadac, un ingénieur violoniste installé à Toulouse. Il est l'aboutissement de trois ans de travail et de recherche.

Le plus délicat fut la quête d'un matériau adéquat. Il y a d'abord eu des essais en aluminium, un matériau qui s'est révélé trop compliqué à usiner. Le plexiglas, utilisé ensuite, a dû être abandonné car les parties collées ont fragilisé le son, et l'instrument obtenu était trop lourd: un kilo au lieu des 450 grammes habituels.

Réalisé avec une imprimante 3D fournie par Polyform, une société installée en Haute-Garonne, le 3Dvarius (nom faisant évidemment référence au Stradivarius) a finalement été produit avec de la résine transparente.

Le prototype présenté a coûté 10.000 euros

Pour aboutir au prototype présenté, il a fallu ajouter plusieurs jours de finition pour nettoyer et poncer le corps du violon puis l'assemblage final avec les cordes Ce fut l’étape la plus délicate, "la mise en tension devant être progressive et parfaitement symétrique jusqu’à l’obtention de l’accord parfait" explique le créateur sur son site web.

Pour son concepteur, sa prise en main est "incomparable", son "poids idéal". Et avec des coussinets, une décoration personnalisée, chaque modèle est unique. Quand au son, Laurent Bernadac le dit "idéal".

Le premier prototype aura coûté, selon son concepteur, 10.000 euros. L'ingénieur violoniste souhaite désormais en produire d'autres sur commandes.

A.Morel, édité par F.Bergé