BFM Business

Renault: le gouvernement valide le prêt garanti de 5 milliards d'euros

Le gouvernement valide le prêt garanti de 5 milliards d'euros à Renault.

Le gouvernement valide le prêt garanti de 5 milliards d'euros à Renault. - AFP

Soumis à des garanties sur l'emploi et le dialogue social, le prêt garanti de 5 milliards d'euros va être accordé à Renault. Une réunion se tenait ce matin entre le ministre Bruno Le Maire, les syndicats du constructeur et son président Jean-Dominique Senard.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire va valider ce mardi le prêt garanti par l'Etat de 5 milliards d'euros pour aider le constructeur automobile Renault à traverser la crise du coronavirus, a-t-on appris auprès de Bercy.

Bruno Le Maire "signera aujourd'hui la garantie du prêt de 5 milliards d'euros qui doit être consenti à Renault", a annoncé le ministère de l'Economie. Une réunion avait lieu ce matin à Bercy entre le ministre, les représentants de Renault et ceux des collectivités locales, afin d'évoquer notamment l'avenir de l'usine de Maubeuge (Nord).

Le ministre "a demandé à ce que s'ouvre immédiatement un dialogue social et technique, pour mettre au point un projet industriel d'avenir (...) qui devra garantir à long terme, au-delà de 2023, l'emploi et le niveau d'activité industrielle sur le site de Maubeuge (Nord) et son territoire".

Début des négociations sur l'avenir de Maubeuge la semaine prochaine

Dans le cadre d'un plan d'économies de 2 milliards d'euros, le groupe au losange envisage en effet de transférer la production des utilitaires électriques Kangoo de Maubeuge vers l'usine de Douai.

"Aucune décision ne sera prise sur des transferts d'activité tant qu'un tel projet d'avenir n'aura pas l'accord des parties", a indiqué Bercy.

Des discussions "débuteront la semaine prochaine entre les représentants des salariés et la direction de Renault, ainsi que les représentants du territoire". Une nouvelle réunion sur le sujet, présidée par Bruno Le Maire, "aura lieu en septembre pour faire le point".

Pauline Ducamp avec AFP