BFM Business

La Deutsche Bahn quitte la Grèce après une affaire de pots-de-vin

Tombé de rideau pour la Deutsche Bahn en Grèce, où elle est entachée dans une affaire de corruption.

Tombé de rideau pour la Deutsche Bahn en Grèce, où elle est entachée dans une affaire de corruption. - -

Plusieurs salariés de la compagnie ferroviaire allemande sont accusés de corruption. Le bureau de la Deutsche Bahn en Grèce serait particulièrement touché. L’entreprise va prendre des mesures.

L’image de l’Allemagne en Grèce n’avait pas vraiment besoin de cela. Le bureau grec de la Deutsche Bahn, la compagnie ferroviaire allemand, est accusé, entre autres, d’avoir versé 315.000 euros de pots-de-vin. Dans la foulée, la compagnie ferroviaire allemande a annoncé qu’elle se retirait "des pays avec un haut risque de corruption".

Ce pot-de-vin, qui a eu lieu dans le cadre de l’exploitation de la ligne qui relie l’aéroport d’Athènes au centre-ville et au port, ne serait pas le seul dessous-de-table versé par le bureau grec. Des dizaines de contrats "douteux" auraient été conclu avec des entreprises de conseil.

Du coup, la Deutsche Bahn a pris des mesures drastiques: les bureaux à l’étranger ne doivent pas réaliser de paiements en liquide au-delà de 100 euros, et les caisses ne doivent pas contenir plus de 500 euros en liquide, en monnaie nationale.

37 salariés et 5 pays impliqués

La Deutsche Bahn fait le ménage dans ses bureaux à l’étranger, alors que le Parquet de Francfort enquête sur plusieurs affaires de corruption.

"De profondes coupes et un renouveau général étaient nécessaires", a déclaré Gerd Becht, responsable du département juridique de la Deutsche Bahn, au Süddeutsche Zeitung (en allemand).

Des versements de pots-de-vin auraient eu lieu en Grèce, en Algérie, en Libye, au Rwanda et en Thaïlande. Au total, 37 anciens salariés de Deutsche Bahn International sont visés.

La Deutsche Bahn, qui s’est déjà séparée de ces employés, a annoncé qu’elle demandait des dommages et intérêts à une dizaine d’entre eux.

A LIRE AUSSI:

>> La tension monte entre la SNCF et Deutsche Bahn

>> L’Allemagne accélère le rythme des privatisations

Audrey Dufour