BFM Business

L'activité privée rechute en août en France

L'activité privée française n'est pas encore sortie de sa tendance baissière.

L'activité privée française n'est pas encore sortie de sa tendance baissière. - -

Après un léger mieux le mois précédent, l'activité privée en France a baissé en août. L'indice PMI se situe maintenant à 47,9 points, selon les données publiées ce jeudi 22 août.

S'agit-il d'un mauvais présage pour l'économie française? La contraction de l'activité privée s'est en tout cas contractée en août, le recul s'accentuant pour la première fois depuis cinq mois. C'est ce qui ressort des premières estimations PMI publiées jeudi 22 août par Markit.

L'indice composite flash, qui regroupe l'industrie et les services, a reculé à 47,9 contre 49,1 le mois précédent, atteignant son plus bas niveau depuis deux mois. Il interrompt ainsi son amélioration constatée chaque mois depuis avril, et s'éloigne de la barre des 50 points, qui sépare croissance et contraction.

Vers une nouvelle récession au troisième trimestre

L'enquête suggère également que le produit intérieur brut français reculera de 0,3% au troisième trimestre, après une hausse de 0,5% au deuxième selon l'Insee.

L'indice du secteur manufacturier, lui, est resté stable à 49,7, un niveau inférieur au consensus des économistes cobnsultés par Reuters, qui attendaient en moyenne un indice à 50,3.

De son côté, l'indice des services recule à 47,7 après 48,6 le mois précédent, le consensus des économistes s'établissant à 49,2.

En Allemagne, par contre, le secteur privé a enregistré en août son niveau de croissance le plus élevé depuis janvier, un signe qui confirme la reprise de la première économie européenne. L'indice composite PMI ressort à 53,4 points, contre 52,1 en juillet.

Même bonne nouvelle sur l'ensemble de la zone euro, où l'indice composite atteint 51,7 points, sa plus forte croissance en deux ans. Ce record est largement supérieur aux attentes des spécialistes. Il était de 50,5 points en juillet, et inscrit ainsi deux mois consécutifs de reprise.

Y. D. & Reuters