BFM Eco

Un compteur Linky a-t-il vraiment fait exploser la facture de cette retraitée d'Arras?

-

- - Damien Meyer - AFP

A Arras, Gilberte Morel, 85 ans, a vu sa facture annuelle d'électricité passer de 100 à 500 euros depuis l'installation d'un compteur Linky. Elle refuse de payer et attaque EDF en justice pour une surfacturation abusive, mettant en cause le compteur connecté. Selon Enedis, son ancien compteur ne fonctionnait plus depuis 10 ans.

Un compteur Linky a-t-il fait quintupler la facture d'électricité de Gilberte Morel en la faisant passer de 100 à 500 euros par an? C'est ce que pense cette retraitée de 85 ans vivant dans le Pas-de-Calais. Elle considère être victime d'une facturation abusive et a attaqué en justice EDF, son fournisseur d'énergie. Le procès dans lequel Enedis a apporté son expertise technique, a eu lieu le 4 octobre à Arras.

L'affaire démarre en 2017, lorsque son ancien compteur a été remplacé par un compteur Linky. A réception de sa première facture, elle se rend compte que la facture a explosé. Gilberte Morel refuse de payer, comme le rapporte la Voix du Nord. En août 2018, EDF lui coupe l'électricité pour la lui remettre en novembre, juste avant la trêve hivernale grâce à l'appui de ses proches et de deux collectifs, l’Accad (Anti compteurs communicants Artois-Douaisis) et CalgeA62 (Collectif avionnais anti Linky gaz et eau).

Lors du procès, le fournisseur d'énergie affirme qu'il n'y a eu ni abus, ni erreur et encore moins un dysfonctionnement du nouveau compteur. EDF estime qu'il n'y a que deux explications. Soit la retraité a changé ses habitudes de consommation, soit le précédent compteur avait été trafiqué. Ni l'un ni l'autre, affirme la retraitée, choquée par ces accusations. 

"Etre traitée comme ça à mon âge alors que je n'ai jamais triché... [...] Ils m'ont dit : "Vous avez manipulé votre compteur. Ça fait au moins dix ans que vous trichez", a expliqué Gilberte Morel à France 3 Régions.

Elle est soutenue par le collectif Accad qui note que rien ne peut prouver cette accusation "d’autant que le compteur ancien n’est déjà plus en leur possession!"

"La juste mesure de sa consommation réelle"

Pour Enedis, cette accusation de tricherie n'a pas lieu d'être. "On s'inscrit en faux pour la fraude", nous a indiqué une porte-parole."Nous penchons plutôt pour un dysfonctionnement progressif du vieux compteur que ni EDF ni Enedis n'a pu pas détecter, mais qui n'est pas de la responsabilité de madame Morel". Enedis signale même qu'aucun arriéré ne lui a été demandé pour l’électricité non mesurée par l’ancien compteur pendant des années.

"Le montant payé par cette dame depuis 10 ans [100 euros par an, NDLR] équivaut au tarif de l'abonnement le plus bas (3 kVA), mais sans la consommation d'électricité. Le nouveau compteur donne seulement la juste mesure de sa consommation réelle", affirme Enedis en rappelant que la plaignante "était en droit de demander une expertise du nouveau compteur, ce qu’elle n’a pas fait".

Nous avons vérifié les consommations moyennes d'électricité sur le site Selectra, un comparateur indépendant des fournisseurs d'électricité et de gaz. Pour un petit logement dont les occupants cherchent à faire des économies, la facture annuelle s'élève à 317 euros. Selectra explique que ce tarif est "hors chauffage, eau chaude et cuisson, l'électricité n'est donc utilisée que pour les appareils électroménagers, informatiques, HI-FI et pour l'éclairage".

Il est possible de faire moins en utilisant de l'électricité pour l'éclairage (107 euros/an, 729 kWh), la télévision (47 euros/an, 324 kWh) et un réfrigérateur (38 euros/an, 259 kWh). Ainsi, la facture annuelle s'élèvera à seulement 192 euros, une somme à laquelle il faut de toute façon ajouter le prix de l'abonnement, soit une 97,63 euros pour le forfait le plus bas chez EDF de 3 kVA, soit deux fois ce que payait l'octogénaire.

En attendant, Gilberte Morel est devenue un nouveau porte-étendard des anti-Linky qui, après les émissions d'ondes, les explosions et les incendies, ont un nouvel argument dans leur combat contre le compteur connecté d'Enedis. Toutes ces accusations ont été retoquées une à une par des organismes spécialisés. Et si le problème du Linky était de soulever le coût de l'électricité? Un sujet d'autant plus sensible qu'après deux hausses cette année, une nouvelle augmentation est envisagée début 2020.

C'est ce que soutien Aude Daniéli, doctorante à l’École des Ponts Paristech, qui a consacré sa thèse de doctorat sur la controverse Linky. Selon elle, le compteur intelligent a activé la crainte d'avoir à payer plus qu'avec les vieux modèles qui sous-estiment la consommation ou qui ont pu être trafiqué. Si l'opération est à la portée de tous, des méthodes sont expliquées sur de nombreux sites, elle peut coûter cher: 3 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

Pour Enedis et EDF, la décision du juge est donc cruciale. Que se passera-t-il si la plaignante obtient gain de cause? Va-t-elle continuer à payer 100 euros par an abonnement compris? Et si elle perd, devra-t-elle s'acquitter de ce qu'elle doit depuis la pose du compteur Linky en 2017 quitte à la mettre en difficulté financière? Le verdict de ce procès sera rendu le 22 novembre. Un jugement bien plus délicat que ceux rendus sur l'électrosensibilité qui sont allés à l'encontre des preuves scientifiques.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco