BFM Business

Stellantis veut tripler ses ventes de voitures électriques dès cette année

Le groupe issu de la fusion entre PSA et FCA prévoit d'écouler 400.000 véhicules électriques dans le monde en 2021. D'ici 2023, leur autonomie pourra atteindre jusqu'à 800 km.

Stellantis précise à son tour ses ambitions dans la voiture électrique. Lors de l'assemblée générale du groupe ce jeudi, Carlos Tavarès a dévoilé les objectifs du constructeur pour la décennie à venir. Il compte atteindre 70% de ses ventes dans l'électrique (100% électrique et hybride rechargeable) en Europe d'ici 2030.

"Nous voulons que ce plan soit offensif", a résumé Carlos Tavares lors de cette première assemblée générale des actionnaires de Stellantis, groupe né de la fusion entre PSA et FCA en début d'année.

Tous les modèles en version électrique en 2025

Le directeur général de Stellantis ne veut pas perdre de temps: il compte tripler les ventes de véhicules électriques du groupe dès cette année, pour atteindre 400.000 unités vendues dans le monde.

Stellantis va également développer de nouvelles plates-formes. La base technique pour les modèles type citadines promet 500 kilomètres d'autonomie, pour les voitures compactes 700 kilomètres, et enfin, pour les grandes berlines, 800 kilomètres. La plateforme "frame", qui équipera les SUV et pick-up, promet de son côté 500 kilomètres d'autonomie.

En 2025, la quasi-totalité des modèles proposés par les 14 marques de Stellantis (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Fiat, Chrysler, Jeep, Alfa Romeo, Maserati...) auront leur version hybride rechargeable ou 100% électrique.

Et d'ici la fin de la décennie, Stellantis espère que les véhicules bas carbone représenteront 70% de son chiffre d'affaire en Europe (contre 14% aujourd'hui) et 35% aux Etats-Unis.

Maîtriser la chaîne de valeur électrique

Une ambition soutenue par une accélération sur l'ensemble de la chaine de valeur. Stellantis veut ainsi revoir ses approvisionnements et prévoit de contrôler 80% de la valeur des véhicules électriques qu'il produit, des cellules de batteries aux services après-vente en passant par les moteurs et les logiciels du véhicule.

Un accord sera trouvé cette année pour construire deux "gigafactory" de batteries supplémentaires. Une aux Etats-Unis et une nouvelle en Europe. Elles s'ajouteront aux deux usines déjà prévues dans le Nord de la France et à Kaiserslautern, en Allemagne. Objectif: la production de 250 GWh en 2030, soit une capacité cinq fois plus importante que ce qui était annoncé jusqu'ici.

En mars, son concurrent Volkswagen avait annoncé la construction de six usines de batteries en Europe, avec une capacité totale de 240 GWh en 2030.

De son côté, Tesla vise une capacité totale de 100 GWh en 2022 et de 3 TWh en 2030. Son site de Berlin, actuellement en construction, pourrait fournir à terme jusqu'à 250 GWh et son patron, Elon Musk, envisage d'en faire tout simplement "la plus grande usine de cellules au monde".

Raphaël Couderc, avec Julien Bonnet