BFM Business

SCAF: MTU, Safran et ITP finalisent un accord pour le moteur du futur avion de combat européen

En devenant l'un des principaux actionnaires d'Hensoldt, l'italien Leonardo devient indirectement partenaire du programme Scaf

En devenant l'un des principaux actionnaires d'Hensoldt, l'italien Leonardo devient indirectement partenaire du programme Scaf - Dassault Aviation

Lancé en 2017 par la France et l'Allemagne, ensuite rejoints par l'Espagne, le SCAF doit remplacer à l'horizon 2040 leurs avions de combat Rafale et Eurofighter.

Les motoristes allemand MTU, francais Safran et espagnol ITP ont annoncé jeudi avoir finalisé un accord pour mettre au point et construire ensemble le moteur du futur avion de combat européen (NGF), au centre du projet de système de combat aérien du futur (SCAF).

ITP rejoint la société commune EUMET déjà créée à cet effet par ses partenaires allemand et français, indiquent les groupes dans un communiqué commun reçu en Allemagne.

"Nous allons désormais nous concentrer ensemble sur les grandes étapes à venir: sécuriser le contrat pour la phase de démonstration au cours des prochains mois et monter en cadence sur les activités de développement, conformément au calendrier très ambitieux qui a été défini jusqu'en 2040", a indiqué Michael Schreyögg, directeur des programmes de MTU, cité dans le communiqué.

Importance stratégique

La programme SCAF "est d'une grande importance stratégique", a estimé de son côté Jean-Paul Alary, patron de Safran Aircraft Engines. "Il nous permettra de maintenir nos compétences dans la propulsion militaire et parallèlement de renforcer les capacités de défense nationales et européennes", a-t-il jugé.

Début avril, les avionneurs Dassault Aviation et Airbus ont remis leur proposition aux Etats après d'âpres négociations sur le partage des tâches pour développer l'avion, selon des informations de l'AFP.

La France, l'Allemagne et l'Espagne, les trois pays impliqués dans le programme, "ont reçu une offre des industriels concernés pour la réalisation d'un démonstrateur d'un nouvel avion de combat dans le cadre du projet de système de combat aérien du futur", avait affirmé le cabinet de la ministre française des Armées, Florence Parly.

Lancé en 2017 par la France et l'Allemagne, ensuite rejoints par l'Espagne, le SCAF doit remplacer à l'horizon 2040 leurs avions de combat Rafale et Eurofighter.

Plus qu'un avion de combat de nouvelle génération (NGF), le programme est un "système de systèmes" qui s'articule autour de l'avion avec des drones accompagnateurs, le tout connecté, via un "cloud de combat", avec les autres moyens militaires engagés dans une opération.

OC avec AFP