BFM Business

Renault: l'Etat veut la désignation d'un successeur à Carlos Ghosn

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a demandé mercredi la convocation "dans les prochains jours" d'un conseil d'administration de Renault

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a demandé mercredi la convocation "dans les prochains jours" d'un conseil d'administration de Renault - AFP

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a demandé mercredi la convocation "dans les prochains jours" d'un conseil d'administration de Renault pour désigner un successeur à son PDG Carlos Ghosn incarcéré au Japon.

L'Etat veut tourner la page de l'Affaire Carlos Ghosn, PDG du groupe automobile incarcéré au Japon depuis le mois de novembre. Sur LCI, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a confirmé la convocation d'un conseil d'administration de Renault pour désigner un successeur à son PDG Carlos Ghosn. Le patron de Renault est incarcéré au Japon depuis le 22 novembre. Cette convocation n'a qu'un objectif a souligné Bruno Le Maire. Il s'agit de désigner "une nouvelle gouvernance pérenne".

"J'ai toujours indiqué, en rappelant la présomption d'innocence de Carlos Ghosn, que s'il devait être durablement empêché, nous devrions passer à une nouvelle étape. Nous y sommes", a reconnu le ministre. Ce mercredi à Tokyo, des émissaires du gouvernement français devaient s'entretenir avec le patron de Nissan, Hiroto Saikawa, pour parler de l'avenir de l'Alliance. Parmi ces représentants, Martin Vial, directeur général de l'Agence des participations de l'État (APE), et Emmanuel Moulin, directeur de cabinet du ministre de l'Économie et des Finances.

L'État est le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% du capital. Nissan en détient 15%, mais sans droits de vote en assemblée générale. Renault contrôle pour sa part 43% de Nissan, qu'il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans. Nissan possède par ailleurs 34% de Mitsubishi Motors, dernier venu dans l'alliance née en 1999.

Des sources syndicales au sein de l'entreprise indiquent qu'un Comité central d'entreprise est prévu lundi matin et que Thierry Bolloré, qui assure l'intérim de Carlos Ghosn, y est attendu. Nommé numéro deux il y a un an, celui qui est perçu comme le dauphin de Carlos Ghosn va-t-il prendre la tête du groupe? Sur LCI, Bruno Le Maire a Il a loué les qualités de Jean-Dominique Sénard, le président sortant de Michelin dont le nom circule dans la presse comme possible président non exécutif de Renault.

Pascal Samama avec AFP