BFM Business

Pourquoi la canicule met la SNCF en surchauffe

Alors que la canicule s'abat sur la France, la SNCF déconseille aux personnes fragiles de prendre le train et annonce des retards. Mais comment la chaleur empêche les trains de circuler?

La canicule va-t-elle paralyser la France? Alors que les températures ont dépassé les 45°C cet après-midi dans une partie de l’Hexagone, la SNCF invite ses clients les plus fragiles à reporter ou annuler leurs déplacements. La ministre des Transports l’a rappelé aujourd'hui: "notre réseau ferroviaire n'a pas été conçu pour fonctionner avec de telles chaleurs"

Mais pourquoi la chaleur paralyse-t-elle les trains? Il y a deux points sensibles dans le réseau ferré: ce sont les rails et les caténaires (les fils électriques d’alimentation).

Les rails tout d’abord: la chaleur dilate le métal ce qui entraîne des déformations de la voie. Il faut savoir qu’avant les rails faisaient 17 mètres de long et il y avait quelques millimètres d’écart entre chacun d’entre eux. Mais maintenant ils sont montés en continu et ils peuvent se déformer. Lorsque la température extérieure atteint 37°C, le métal des rails monte à plus de 55°C. Et dans certains départements on est monté à plus de 45°C cet après-midi.

Des trains au ralenti pour éviter la panne

L’autre point sensible, les caténaires. Les câbles d’alimentation électriques disposent de poids qui les tendent pour qu'ils soient toujours à l’horizontale. Mais comme pour les rails, la chaleur les dilate, les poids touchent le sol. La caténaire se détend alors et peut toucher le haut du train. Les pantographes qui sont les bras situés au-dessus du train peuvent alors les arracher si le train roule trop vite. Les caténaires peuvent même fondre, c’est ce qui s’est passé sur le Paris-Clermont-Ferrand qui a enregistré 11 heures de retard cette nuit.

Et que peut faire la SNCF? De la surveillance et de la prévention principalement. Des logiciels calculent les températures des rails sur 13 jours. Des sondes placés sur les voies transmettent les températures aux techniciens et se déclenchent dès que les rails atteignent 45°C. Des "tournées chaleur" sont aussi effectuées par les agents pour relever les fragilités. Mais tout cela ne sert finalement qu'à prévenir les accidents éventuels. Avec la technologie de train actuelle, malheureusement il n’y a pas de solution miracle. Les trains sont condamnés à rouler au ralenti.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco