BFM Eco

Nissan: le conseil d'administration révoque Carlos Ghosn

Carlos Ghosn a été révoqué  par le conseil de Nissan. L'annonce a été faite sur la chaîne de télévision NHK.

Carlos Ghosn a été révoqué par le conseil de Nissan. L'annonce a été faite sur la chaîne de télévision NHK. - Toru Yamanaka - AFP

Sans surprise, le conseil d'administration du géant japonais de l'automobile Nissan vient de voter la révocation de Carlos Ghosn de son poste de président, deux jours après son arrestation à Tokyo pour des malversations présumées.

Le conseil d'administration du géant japonais de l'automobile Nissan a voté à l'unanimité jeudi soir la révocation de Carlos Ghosn de son poste de président, deux jours après son arrestation à Tokyo pour des malversations présumées.

"Une des fautes les plus graves"

"Après avoir passé en revue un rapport détaillé de l'enquête interne, le conseil a voté à l'unanimité la révocation de Carlos Ghosn de la présidence", a indiqué Nissan dans un communiqué.

Officiellement, le Franco-Libano-Brésilien est accusé d'avoir, avec des complices, "minimisé sa rétribution à cinq reprises dans des rapports remis entre juin 2011 et juin 2015", en déclarant aux services financiers une somme totale de 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d'euros) au lieu de près de 10 milliards de yens. "Ce type de déclaration mensongère constitue une des fautes les plus graves au regard de la législation imposée aux entreprises cotées", a déclaré jeudi à la presse Shin Kukimoto, procureur adjoint de Tokyo.

Préparer la succession de Carlos Ghosn

Dans un autre document publié sur le site du Tokyo Stock Exchange (TSE), le groupe explique cette décision radicale par "des actes graves confirmés", mentionnant "une minimisation de ses revenus durant une longue période dans les rapports financiers, une utilisation frauduleuse à des fins personnelles de fonds d'investissements et de notes de frais".

La réunion a été particulièrement longue, au siège de Nissan à Yokohama, puisqu'elle a duré plus de 4 heures. Au delà de la révocation de Carlos Ghosn, Nissan a commencé à préparer la succession de son patron pendant presque 20 ans. Le conseil d'administration de Nissan a en effet créé un comité chargé de proposer la nomination d'un nouveau président pour remplacer Carlos Ghosn, selon l'agence Reuters.

Ce comité se composera notamment des administrateurs externes de Nissan. Pressenti pour être nommé dès ce jeudi, Hiroto Saikawa, le directeur exécutif de Nissan, ne prendra donc pas immédiatement le poste de président. Par ailleurs, le Groupe Nissan pourrait aussi être poursuivie en tant que personne morale dans cette affaire.

Une position très différente de celle de Renault

Nissan a par ailleurs tenu à souligner que "le partenariat de longue date avec Renault restait intact", alors que des rumeurs font état de tensions entre les constructeurs japonais et français unis depuis 1999.

Les deux alliés s'opposent pourtant sur le sort à réserver à Carlos Ghosn. Mardi soir, le conseil d'administration de Renault n'a en effet pas révoqué officiellement Carlos Ghosn de son rôle de PDG du constructeur français. Il reste PDG "momentanément empêché". Thierry Bolloré assurera l'intérim opérationnel, devant directeur exécutif "à titre provisoire", au côté de Philippe Lafayette, administrateur référent chez Renault.

C.C. avec P. Ducamp et AFP