BFM Business

Les trains franciliens de Bombardier ont-ils trop de défauts de jeunesse?

"On a un taux de pannes et un taux d'incidents qui est beaucoup plus élevé qu'ailleurs avec ce train arrivé en 2017 dans la région", selon le secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris-Gare de Lyon, Bérenger Cernon.

"On a un taux de pannes et un taux d'incidents qui est beaucoup plus élevé qu'ailleurs avec ce train arrivé en 2017 dans la région", selon le secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris-Gare de Lyon, Bérenger Cernon. - Eric Piermont-AFP

La CGT Cheminots dénoncent la mauvaise qualité des nouveaux trains de banlieue Regio 2N circulant en Ile-de-France. Mis en cause, Bombardier prétend que son matériel est "totalement conforme". Ayant constaté divers incidents, la SNCF évoque des "défauts de jeunesse".

Les nouveaux trains de banlieue livrés par Bombardier en Ile-de-France accumulent-ils les défaillances? "On a un taux de pannes et un taux d'incidents qui est beaucoup plus élevé qu'ailleurs" avec ce train arrivé en 2017 dans la région, a indiqué ce mercredi le secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris-Gare de Lyon, Bérenger Cernon.

Construits par Bombardier dans son usine française de Crespin (département du Nord), ces trains Regio 2N circulent sur la ligne R qui relie Paris à Melun puis Montereau (Seine-et-Marne) ou Montargis (Loiret). Leurs livraisons avaient déjà été retardées en début d'année, après des malfaçons.

"Est-ce que (l'autorité régionale des transports) Ile-de-France Mobilités n'a pas mis une pression de dingue a Bombardier pour que ces rames soient fournies en temps et en heure?", interroge le syndicaliste, estimant que "la qualité n'est pas au rendez-vous".

Des caténaires arrachés pendant la canicule

La CGT relève de nombreux problèmes de caténaires à l'arrivée sur les voies de garage. Selon Le Parisien qui a pu la consulter, une note interne diffusée sur toute la France à la fin du mois de juillet par la direction de la SNCF indique que "des événements récents montrent qu'en cas de fortes chaleurs, il existe un risque d'incident caténaire par enfourchement lors de la circulation d'une Régio 2N sur les voies de service équipées 1500 V."

La CGT pointe surtout deux autres types incidents "où on perd des éléments de sécurité". Un choc à l'avant du train a, en particulier, provoqué un court-circuit, empêchant le déclenchement immédiat du signal d'alerte radio qui avertit tous les autres trains circulant dans le secteur.

Le syndicat a multiplié les droits d'alerte amenant la direction à envisager la pose de peinture isolante pour éviter les courts-circuits et à équiper les conducteurs de radios portatives et de balises de détresse.

Ce train qui circule dans dix régions françaises depuis 2014 a "fait ses preuves de performance", plaide Laurent Bouyer, le président de Bombardier Transport France. "Aujourd'hui, il a atteint ses objectifs de fiabilité, qui ont été contractuellement validés par la SNCF", souligne le dirigeant.

"On a été face à une conjoncture à la fois de chaleur et d'accidents à répétition qui ont peut-être affecté plus les Regio2N", ce qui a "peut-être généré, dans cette période estivale, un peu de stress chez les conducteurs. Mais (...) quelle que soit la nature des accidents, le train reste totalement autonome dans ses fonctions de sécurité", insiste M. Bouyer.

"Chaque unité reçue fait l'objet d'une vérification drastique de sa conformité au cahier des charges", remarque-t-on à la SNCF, où l'on évoque volontiers des "défauts de jeunesse" du matériel. Et la régularité sur la ligne R s'est améliorée depuis l'introduction des nouveaux trains, y ajoute-t-on.

Frédéric Bergé avec AFP