BFM Business

Le contrat de DCNS soutient les emplois chez Thales

L’équipementier avait déjà recruté 4.500 personnes en 2015.

L’équipementier avait déjà recruté 4.500 personnes en 2015. - AFP - Fred Tanneau

"L’équipementier de défense, d’aérospatiale et de sécurité français annonce ce jeudi qu’il va recruter 6.000 personnes dans le monde d’ici à la fin 2016."

Thales va recruter 2.000 à 2.500 personnes en France, essentiellement des ingénieurs, afin de renforcer ses équipes de recherche et développement et de cybersécurité. Cela, dans le cadre du recrutement au global de 6.000 personnes dans le monde d’ici à la fin de l’année, comme annoncé ce jeudi par le groupe. À cette occasion, François Hollande était jeudi matin en visite sur le site de Gennevilliers de Thales, dans les Hauts-de-Seine.

Cela n’est pas sans lien avec le méga-contrat avec l’Australie pour lequel DCNS vient d’entrer en négociations exclusives. Spécialisé dans l’aérospatiale, la défense et la sécurité, Thales détient 35% du capital du constructeur de navires militaires. Son PDG Patrice Caine avait d’ailleurs expliqué mardi qu’un tiers de la production de DCNS dans le cadre de ce contrat reviendrait à la France et que cela allait "concerner plusieurs milliers d’emplois". 

Chiffre d'affaires attendu en hausse de 5%

Outre DCNS, le carnet de commande de Thales demeure bien rempli. "Les prises de commandes devraient se maintenir à un niveau élevé en 2016, proche de ceux observés en 2013-2014. Le chiffre d'affaires devrait connaître une progression organique de l'ordre de 5% par rapport à 2015" faisait savoir le groupe en février. Ajoutant: "Thales revoit à la hausse son objectif à moyen terme de croissance organique du chiffre d'affaires. Le groupe vise à présent une progression organique de l'ordre de 5% pour les années 2017 et 2018". 

L’équipementier avait déjà recruté 4.500 personnes en 2015, dont un tiers dans l’Hexagone.

A.R.