BFM Business

Le conseil d’administration de Renault annule la retraite de Carlos Ghosn

Carlos Ghosn, via son compte Twitter personnel nouvellement créé, se dit prêt à faire toute la lumière sur l'affaire le concernant dès la semaine prochaine.

Carlos Ghosn, via son compte Twitter personnel nouvellement créé, se dit prêt à faire toute la lumière sur l'affaire le concernant dès la semaine prochaine. - JIJI PRESS / AFP

Réuni ce mercredi, le conseil d’administration de Renault a décidé de ne pas verser à Carlos Ghosn sa retraite chapeau. Son montant est de 765.000 euros par an.

Carlos Ghosn ne touchera pas sa retraite chapeau. Réuni ce mercredi, le conseil d'administration de Renault a examiné les conditions financières de son départ. Contrairement à des informations dévoilées ce matin, Renault affirme ne pas avoir reçu de demande de Carlos Ghosn de faire valoir ses droits à la retraite. "Il n’a jamais demandé à faire valoir ses droits à la retraite à cotisations définies, soit 14.000 euros par an", nous confirme un porte-parole du constructeur. Carlos Ghosn a démissionné le 24 janvier de son poste de Président de Renault. 

C'est pour cette raison que Carlos Ghosn ne pourra pas toucher sa retraite chapeau, d'un montant de 765.000 euros annuels, comme le détaille le document de référence de Renault. "Le Conseil d’administration a également constaté, s’agissant du régime de retraite à prestations définies, que les conditions de départ de M. Carlos Ghosn ne correspondent à aucun des deux cas d’ouverture de ce régime et qu’aucune rente ne pourra lui être versée à ce titre", précise Renault dans un communiqué.

Pour en bénéficier, Carlos Ghosn doit avoir une ancienneté de 5 ans dans l'entreprise, 2 ans de présence au comité exécutif. Il doit surtout être présent dans la société au moment où il fait valoir ses droits à cette retraite. Or, Carlos Ghosn n'est plus chez Renault. Le second cas dans lequel Carlos Ghosn aurait aussi pu toucher cette retraite, c'est si Renault avait mis fin à son contrat. Ce qui n'est pas le cas ici.

Le conseil d’administration a également décidé de recommander aux actionnaires de rejeter la partie en numéraire du salaire variable de Carlos Ghosn pour 2018, soit l’équivalent de 224.000 euros. L’ancien PDG avait été arrêté le 19 novembre à Tokyo, au Japon, pour des soupçons de dissimulation de revenus et d’abus de confiance. Il a été libéré sous caution le 5 mars, et est depuis assigné à résidence au Japon.

En février, Renault avait déjà décidé de ne pas verser à Carlos Ghosn ses indemnités liées à sa clause de non-concurrence, ni les actions attribuées entre 2015 et 2018.

Pauline Ducamp