BFM Business

La ligne ferroviaire Grenoble-Gap sera totalement rénovée en 2022

Des associations d'usagers soutenus par des élus et des syndicats se sont  mobilisés entre Grenoble et Briançon pour demander à l’État de "tenir sa promesse" de remettre en état cette ligne.

Des associations d'usagers soutenus par des élus et des syndicats se sont mobilisés entre Grenoble et Briançon pour demander à l’État de "tenir sa promesse" de remettre en état cette ligne. - Jean-Pierre Clatot-AFP

Les collectivités territoriales, l’État et SNCF Réseau ont bouclé un plan de financement à hauteur de 34 millions de travaux pour permettre la réouverture totale de la ligne en 2022.

La liaison ferroviaire Grenoble-Gap, menacée de fermeture en 2020 en raison de sa vétusté, bénéficiera des travaux nécessaires pour assurer sa pérennité. Mercredi à Valence, le comité de pilotage interrégional de "l’Étoile de Veynes", a statué notamment sur l'avenir de cette ligne Grenoble-Gap empruntée chaque jour en moyenne par un millier de voyageurs. 

Un plan de financement auquel participent les collectivités territoriales, l’État et SNCF Réseau "à hauteur de 34 millions de travaux a été bouclé lors de ce comité", précise un communiqué de la préfecture de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

"Ces travaux permettront une réouverture totale de la ligne entre Grenoble et Gap en 2022, dès les travaux réalisés. Au-delà, l’étude en cours, qui s’achèvera à l’été 2020, permettra de définir un programme de travaux complémentaires post 2023, nécessaire pour assurer la pérennité de la ligne à plus long terme", ajoute-t-on. 

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a salué dans un communiqué cet accord obtenu après avoir "maintenu la pression pendant plusieurs mois". 

Une nécessité pour désenclaver les territoires ruraux

L'investissement de la région pour cette liaison ferroviaire de la région Auvergne-Rhône-Alpes, où "830 km de lignes" étaient menacés en 2016, s'élèvera à 9,8 millions d'euros.

Le Plan régional de sauvetage des petites lignes ferroviaires lancé fin 2016 prévoit un programme d’investissement de 264 millions d’euros jusqu’en 2020, dont 111 millions d’euros par la Région. 

Le 9 novembre, des associations d'usagers soutenus par des élus et des syndicats s'étaient mobilisés entre Grenoble et Briançon pour demander à l’État de "tenir sa promesse" de remettre en état cette ligne, essentielle à leurs yeux pour "désenclaver les territoires ruraux" qu'elle dessert.

C.C. avec AFP