BFM Business

Frigos, machines à laver, lave-vaisselle... L'électroménager bientôt victime de pénuries?

Après l'informatique et l'automobile, l'électroménager pourrait être à son tour touché par la pénurie de composants électroniques.

Il vous sera peut-être difficile d'acheter un réfrigérateur ou un lave-vaisselle dans les semaines à venir. Après l'informatique et l'industrie automobile, c'est au tour de l'électroménager d'être victime de la pénurie mondiale de semi-conducteurs. En Asie, le président de Whirlpool Chine a déjà tiré la sonnette d’alarme il y a une dizaine de jours: la marque américaine peine à se procurer ces puces nécessaires au fonctionnement de nombreux appareils. Mais qu’en est-il en Europe ?

Si la fédération du secteur peine encore à en évaluer les conséquences, plusieurs fabricants d’électroménagers confirment d'ores et déjà être touchés par des pénuries de composants électroniques. Le groupe allemand Liebherr, qui produit des réfrigérateurs haut-de-gamme dans trois usines en Europe, est confronté à des retards de livraison de la part de ses fournisseurs de semi-conducteurs, ce qui engendre déjà des perturbations dans la production, précise l'entreprise.

Or, en même temps, la demande en appareils électroménager s'est envolée en raison de la crise sanitaire: les ventes de petit électroménager ont grimpé de plus de 11% l'année passée. Du côté des distributeurs, on scrute de près la situation. Boulanger assure rester "vigilant" pour les mois à venir en raison de ses échanges avec les industriels, même s'il ne constate pas de problème "à ce jour". Le spécialiste français du e-commerce CDiscount rencontre, lui, des difficultés d’approvisionnement pour les appareils de sa marque Continental Edison, même si ce n'est pas "catastrophique".

"Obsolescence très rapide"

Il faut dire que la filière est de plus en plus gourmande en puces électroniques. "Ce n'est pas particulièrement étonnant que l’électroménager commence à être touché. C’est l'un des secteurs où l’innovation est assez importante. En plus, ce sont des domaines où l'on observe une obsolescence très rapide: des produits nouveaux doivent arriver rapidement, il faut les produire très vite", explique Mathilde Aubry, professeur d’économie à l’EM Normandie. L'électronique grand public – électroménager et objets électroniques du quotidien – représente 13 % de la consommation de puces.

"Il y a de fortes chance que l’on retrouve dans l’électroménager ce que l’on a vécu dans l’automobile. La pression de la demande est tout aussi importante. Quand on a des pénuries de ce type-là, le risque est de voir les prix augmenter, ce que l’on n’a pas envie d’avoir dans le contexte actuel", poursuit la spécialiste.

Et s’ajoute à cela, précise un grossiste, une pénurie d’inox qui entre dans fabrication des tambours des machines et qui occasionne des retards de livraison.

Virginie Cooke avec Jérémy Bruno