BFM Business

Emploi: un regain d'optimisme dans l'industrie

Selon l'Usine nouvelle, l'horizon s'éclaircit pour l'emploi industriel.

Selon l'Usine nouvelle, l'horizon s'éclaircit pour l'emploi industriel. - -

La Fédération des industries mécaniques constate un regain d'optimisme dans le secteur de l'industrie, au lendemain de la parution d'une étude de l'Usine Nouvelle, qui table sur une hausse des embauches dans le secteur en 2014.

L'industrie repartira-t-elle en France en 2014? Oui, selon une enquête de l'Usine Nouvelle parue mercredi 8 janvier. Après avoir interrogé plus de 400 entreprises de l'industrie, le magazine annonce qu'elles prévoient d'embaucher 140.000 personnes cette année, contre 100.000 l'an dernier.

Au sein des entreprises industrielles, la production captera un tiers de ces recrutements, la fonction commerciale 20%, la R&D 16%, et le support 6%.

En termes de secteurs, les services et l'industrie fourniront l'essentiel de ces postes. L'entreprise de nettoyage ISS France en tête, avec 42.000 embauches prévues, suivie de GDF Suez (12.000), La Poste (8.000), la SNCF (6.500), EDF (6.000).

Concernant les cadres, les plus gros pourvoyeurs d'emplois seront les sociétés de conseils et d'ingénieurs, comme Alten ou Capgemini. L'Usine Nouvelle souligne d'ailleurs "le dynamisme des embauches" dans le secteur du numérique, chez des start-ups comme Criteo, Spartoo ou Manhattan associates.

40.000 emplois en cinq ans pour remplacer les départs

Ces chiffres n'étonnent pas Jérôme Frantz, le président de la Fédération des industries mécaniques (FIM), qui estime que les besoins vont se chiffrer à "40.000 emplois d'ici cinq ans, rien que pour remplacer les gens qui vont partir de nos usines".

"Si on ajoute les entreprises qui redémarrent bien, parce qu'il y en a, et celles qui sentent que c'est le moment de procéder aux embauches qu'elles ont reporté, on sent, non pas un vent, mais un petit souffle d'optimisme", pondère-t-il.

Ces données contredisent en tout cas celles publiées par le cabinet Markit le 2 janvier. L'indicateur qui mesure l'activité dans le secteur manufacturier fait état d'un net recul des nouvelles commandes dans ce secteur en décembre 2013. Or des carnets de commande vides annihilent à priori toute velléité d'embauche…

N.G.