BFM Business

Dassault devrait vendre ses Rafale à l'Egypte

Le marché est évalué entre 5 et 69 milliards d'euros.

Le marché est évalué entre 5 et 69 milliards d'euros. - Franck Pennant - AFP

La France et l'Egypte auraient conclu un protocole d'accord ce vendredi 6 février, selon les Echos. Le Caire achèterait ainsi 24 avions à Dassault.

L'Egypte devrait sauf incident devenir le premier client du Rafale à l'étranger. Paris et Le Caire ont conclu un accord de financement sur la vente de 24 avions de combat Rafale et une frégate multimission FREMM, un marché évalué à 5 milliards d'euros, rapportent jeudi 5 février les Echos.

Selon le site internet du quotidien, qui cite des sources convergentes sans les identifier, Bercy aurait accepté que l'assureur-crédit Coface garantisse ces contrats à hauteur d'environ 50%.

Le Caire avait auparavant réclamé que la France garantisse entre 80 et 90% du montant des contrats hors acompte, mais le Trésor français n'a pas accédé à cette demande, précise-t-il.

"Arrivée en début de semaine à Paris, la délégation égyptienne a maintenu son souhait d'une grosse vingtaine de Rafale et d'une frégate. Mais elle a accepté de mettre un peu plus de sa poche, au point que la garantie de la Coface porterait désormais sur environ 50% des contrats, ce que l'Etat aurait ou serait sur le point d'accepter", explique-t-il.

Versement de l'acompte

Interrogé par l'AFP, le fabricant du Rafale, Dassault Aviation, n'a pas souhaité faire de commentaire.

Le plan de financement pourrait être bouclé cette semaine, selon Les Echos. Après quoi un pool bancaire pourra être constitué, où devraient figurer BNP Paribas, Société Générale ou Crédit Agricole.

Mais l'étape décisive de la réalisation des contrats sera le versement de l'acompte par l'Egypte, évalué à un demi-milliard d'euros. Même si des négociations sont en cours avec l'Inde et le Qatar, cet avion de combat n'a jamais été vendu à l'exportation.

D. L. avec AFP