BFM Eco

Comment le PDG de Danone a renoncé à plus de 42 millions d'euros de "parachute doré"

C'est par un courrier en date du 25 janvier 2019, qu'Emmanuel faber
a mis fin à son contrat de travail et renoncé à son indemnité de
départ ainsi qu’au bénéfice de sa retraite chapeau.

C'est par un courrier en date du 25 janvier 2019, qu'Emmanuel faber a mis fin à son contrat de travail et renoncé à son indemnité de départ ainsi qu’au bénéfice de sa retraite chapeau. - Jacques Demarthon-AFP

Début 2019, Emmanuel Faber a renoncé à son indemnité de départ, sa retraite chapeau et à sa clause de non-concurrence. Selon les calculs de Proxinvest, l'actuel PDG de Danone tire un trait sur quelques dizaines de millions d'euros de revenus potentiels.

C'est peu de dire que les très généreuses rentes de retraites de Tom Enders (Airbus) ou Carlos Ghosn (Renault) font débat. "Le régime de retraite chapeau, qui coûte 26 millions d'euros (celui de Tom Enders NDLR) à l'entreprise, implique qu'il va toucher chaque année aux alentours d'1,3 millions d'euros de retraite. C'est colossal. Ce sont des pratiques qui datent d'une quinzaine d'années et qu'on avait tendance à voire disparaître en France" expliquait hier soir, mardi 2 avril, sur l'antenne d'Europe 1, Loïc Dessaint, le directeur général de Proxinvest.

Il aurait pu toucher 1,2 million d'euros l'an de rente à sa retraite

Mais, certains autres PDG du CAC 40 en décident autrement. "Cette semaine, j'ai pu constater dans le rapport annuel de Danone, par contre, qu'Emmanuel Faber, PDG de Danone, renonçait à se retraite chapeau. Il avait le droit lui aussi à 1,2 million d'euros par an et il a décidé d'y mettre fin" ajoutait le directeur général de Proxinvest.

Cette décision figure en effet en toutes lettres dans le document de référence 2018 du groupe agro-alimentaire. "Par courrier en date du 25 janvier 2019, Monsieur Emmanuel FABER a mis fin à son contrat de travail et a renoncé à son indemnité de départ ainsi qu’au bénéfice de son engagement de retraite à prestations définies. Son engagement de non-concurrence a également pris fin concomitamment au contrat de travail" est-il écrit dans ce rapport financier. Au lieu d'une retraite chapeau, l'actuel patron du géant français de l'agro-alimentaire rentre dans le régime commun de retraite à cotisations définies.

Sa rente calculée sur 20 ans aurait atteint 23,9 millions

Selon les calculs de Proxinvest, association de défense des petits actionnaires, basés sur les éléments du document de référence de Danone, "le montant estimatif de la rente qui aurait pu être versée à Monsieur Emmanuel FABER était de 1.194.300 euros. Donc sous l'hypothèse qu'il parte à la retraite à 62 et d'une espérance de vie de 82 ans, cela fait un montant total de 23,9 millions d'euros".

À ce montant déjà élevé, Proxinvest a finalement ajouté, d'après ses nouveaux calculs, l'évaluation de l'indemnité de départ, plafonnée à 4 millions d'euros, à laquelle Emmanuel Faber renonce aussi. Ce calcul tient compte du montant de sa rémunération fixe (aux alentours d'un million d'euros) et de sa partie variable (1 à 1,2 million d'euros), soit deux fois deux millions d'euros. Conclusion, le PDG de Danone a potentiellement renoncé à l'équivalent de 28 millions d'euros de parachute doré!

Sa rémunération a atteint 2,787 millions d'euros en 2018

À la tête de Danone depuis décembre 2017, après y être entré 20 ans plus tôt, Emmanuel Faber (55 ans) est réputé pour ses positions personnelles en faveur de plus de justice sociale. Il a notamment écrit en 1992 "Main basse sur la cité, éthique et entreprise", un ouvrage critique sur les dérives du monde de la finance dont il a fait partie au début de sa carrière en travaillant pour la banque d'affaires britannique Barings (aujourd'hui disparue).

Dans un discours prononcé en 2016 devant les étudiants de HEC, dont il est diplômé, il déclarait: "après des décennies de croissance, l'enjeu de l'économie, l'enjeu de la mondialisation, c'est la justice sociale. Sans elle, il n'y aura plus d'économie".

En 2018, l'ensemble des rémunérations qui lui ont été versées s'est élevé à 2,787 millions d'euros (montant brut), selon le rapport annuel financier 2018 contre 2,675 millions en 2017.

Frédéric Bergé