BFM Business

Carburant: pourquoi les prix ont augmenté depuis deux ans

Le gouvernement a augmenté de 7 centimes la TICPE au 1er janvier cette année sur le gazole. Une nouvelle hausse est prévue au 1er janvier prochain.

Le gouvernement a augmenté de 7 centimes la TICPE au 1er janvier cette année sur le gazole. Une nouvelle hausse est prévue au 1er janvier prochain. - Fred TANNEAU / AFP

Si les taxes sur les carburants, et notamment sur le gazole, ont bien augmenté depuis le début de l’année, la hausse du prix tient en réalité à beaucoup de facteurs géopolitiques.

Alors que la mobilisation pour le 17 Novembre s’amplifie, les prix des carburants se tassent. Selon les données hebdomadaires publiées ce lundi par le ministère de la Transition écologique et solidaire, le prix du gazole a légèrement augmenté (+ 0,41 centime), passant à 1,5150 euro le litre. Le sans-plomb 95 a lui baissé de 0,2 centime, à 1,5353 euro.

Ces évolutions des prix suivent les variations des cours du pétrole. Et c’est bien dans ces évolutions liées au contexte international que se trouve la principale raison de la remontée des prix à la pompe, dans une réaction en cascade. Depuis le début de l’année, résume Novethic, le prix du gazole s’est en effet envolé de 23%, celui de l’essence.

Un prix du baril en hausse

Depuis un an, le prix du baril de brent a bondi de 59,87 dollars (soit 51,27 euros) le 1er novembre 2017, à 73,11 dollars (64,28 euros) ce 6 novembre, selon l’Union Française des Industries Pétrolières (UFIP). Ces prix ramènent le cours du pétrole à ceux de 2007/2008, une période où le pétrole était particulièrement onéreux sur le marché international.

"La remontée des prix est due à un accord fin 2016 entre les pays de l'Opep (Organisation des pays exportateurs) et 10 pays non Opep dont la Russie, pour diminuer la production", analyse dans Ouest France Francis Perrin. Le directeur de recherches à l'Institut de relations internationale ajoute que la demande se montre ainsi très forte en Chine et en l’Inde. Les sanctions contre l’Iran, qui risquaient de ne plus pouvoir exporter son pétrole, ont également tendu les cours. "Les Etats-Unis ont autorisé huit pays à continuer à importer temporairement du pétrole iranien", poursuit Francis Perrin. D’où un léger repli des cours du brent ces derniers jours.

Le pétrole se vend en dollar, or actuellement la parité n’est pas favorable aux Européens. Selon Le Parisien, alors qu’en 2007, le baril était à 73 dollars, soit 57 euros au taux de change de l’époque, le baril à 76 dollars le mois dernier était acheté 67 euros par les Européens. Ces deux facteurs entraînent ainsi une hausse du prix du litre d’essence et de gazole hors taxe. Ainsi, en octobre, un litre de gazole coûtait 66 centimes, contre 44 centimes fin novembre 2016. Même constat pour l’essence: de 44 centimes le litre en 2016, il est passé à 62 centimes en octobre 2018. Plus de 20 centimes de hausse en deux ans.

Des taxes en hausse de 7 centimes sur le gazole

A ce litre de carburant hors taxe s’ajoutent les taxes, pour donner le prix payé par les automobilistes à la pompe. Selon des chiffres compilés par Le Monde, elles atteignaient en octobre 86 centimes sur le litre de gazole, 95 centimes pour le sans-plomb 95. Les taxes représentent donc plus de la moitié du prix payé à la pompe. Plus de la moitié du prix, mais pas de la hausse.

La principale taxe se nomme la Taxe Intérieure de Consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Le montant est défini par l’Etat, et fixe sur les volumes (par hectolitre), elle ne varie donc pas selon le prix du baril. Le gouvernement a choisi de faire grimper cette taxe de 7,6 centimes cette année sur le gazole, puis de nouveau de 7 centimes en janvier 2019. Soit une hausse six fois moins importante que celle du baril sur deux ans. C’est donc la goutte d’eau qui fait déborder le vase, dans la colère des automobilistes.

Selon les données de l'UFIP, le 12 mai 2017 le prix hors-taxe représentait 36,3 centimes et la TiCPE 65,9 centimes du prix total d'un litre de sans-plomb 95. Le 11 mai 2018, le prix hors-taxe, issu du prix du baril avait grimpé de 10 centimes, à 46,3 centimes d'euros. La TICPE est elle passée à 69,1 centimes, soit une hausse de 3,2 centimes.

Les conseils régionaux peuvent ensuite voter une part régionale dans la TICPE, qui s’ajoute à la part fixe. Selon les documents des douanes, la TICPE globale se monte à 62,64 euros pour 100 litres de gazole en Ile-de-France par exemple, 60,75 euros dans les autres régions. Pour le sans-plomb 95, la taxe est de 69,02 euros pour 100 litres, sauf en Ile-de-France. A titre de comparaison, en 2017, la TICPE était de 56,31 euros pour un hectolitre de gazole en Ile-de-France. S’ajoute enfin la TVA, qui monte à 20% du prix hors-taxe, puis à 5% du montant de la TiCPE.

Pauline Ducamp