BFM Business

Aéronautique: 200 jobs à pourvoir sans diplôme ni expérience

Le groupe Hexcel, qui fournit des matériaux composites aux constructeurs aéronautiques Airbus, Boeing et Dassault, mise sur les compétences plutôt que sur l'expérience des candidats.

Le groupe Hexcel, qui fournit des matériaux composites aux constructeurs aéronautiques Airbus, Boeing et Dassault, mise sur les compétences plutôt que sur l'expérience des candidats. - Hexcel France

Une entreprise américaine d'aéronautique basée en Auvergne-Rhône-Alpes annonce ce lundi qu'elle va embaucher 200 personnes via une méthode qui ne tient pas compte de l'expérience ni du diplôme, mais seulement des "capacités" des candidats.

Vous pensiez qu'il fallait être bardé de diplômes pour travailler dans l'aéronautique? Pas forcément. Un sous-traitant d'Airbus, Boeing et Dassault compte ainsi recruter 200 personnes sans tenir compte de leur formation ni de leur expérience, mais en misant sur leurs compétences pures.

Le groupe américain Hexcel, spécialisé dans les matériaux composites pour l'aéronautique, a indiqué lundi que pour pourvoir ces 200 postes en Auvergne-Rhône-Alpes d'ici 2018, il privilégiera le potentiel de ses futurs collaborateurs aux diplômes.

"Qui se conduit comme un chef, fait appel aux autres..."

La filiale française du groupe utilisera pour cela une méthode mise en place par Pôle emploi: la méthode de recrutement par simulation, autrement appelée MRS. Ce processus de recrutement ne prend en compte ni l'expérience, ni le diplôme. "N'importe qui peut postuler, sans discrimination, sans même envoyer de CV", explique la porte-parole du groupe.

Le candidat sera uniquement évalué à travers des tests de situation. Des exercices créés sur mesure par l'entreprise assistée des experts de Pôle emploi. Pour concevoir au mieux ces mises en situation, ces agents se sont rendus aux États-Unis, au siège du groupe, pour observer les postes de travail d'Hexcel et les reproduire au mieux. Ces tests se dérouleront donc dans les conditions exactes du poste à pourvoir, et les recruteurs pourront ainsi juger sur pièces celui qui convoite le job.

Celui-ci pourra par exemple participer à la construction d'une pièce à plusieurs, au cours de laquelle les décideurs pourront "voir si la personne fait appel aux compétences des autres, se place en chef", etc., souligne la porte-parole d'Hexcel. Le candidat devra "respecter une organisation de travail, réaliser des tâches en respectant des normes et des consignes et obtenir un résultat précis", explique Pôle emploi.

Des métiers tombés en désuétude

L'agence qui s'occupe des chômeurs promeut cette méthode notamment dans les situations de pénurie de candidats formés. Un problème auquel est justement confronté Hexcel. "On avait du mal à recruter sur des métiers spécifiques comme par exemple les gareurs, des artisans spécialisés dans les métiers à tisser. Ces métiers anciens sont perdus aujourd'hui, plus personne n'y est formé".

L'entreprise a commencé à recruter de cette manière en 2012. Plus de 100 personnes ont grossi les rangs d'une filiale qui emploie déjà plus de 1.000 personnes dans la région de cette façon. Des personnes "dont on est très contents, et eux ont envie de rester. On s'est très peu trompé en procédant ainsi", se félicite le groupe.

Les 200 postes pour la France seront pour la plupart situés sur un nouveau site prévu pour 2018 à Roussillon, sur lequel Hexcel a déjà investi 200 millions d'euros. Sur ce site, 120 emplois directs sont concernés. Les autres seront répartis entre les usines des Avenières et de Dagneux.

Nina Godart