BFM Business

Renault se dit plus attractif qu'Airbus pour ceux qui cherchent un emploi

Renault lance ce jeudi sa vaste campagne de recrutements de 1.000 CDI en 2015.

Renault lance ce jeudi sa vaste campagne de recrutements de 1.000 CDI en 2015. - Joël Saget - AFP

Le groupe qui lance ce jeudi sa campagne de recrutement de 1.000 CDI dans toute la France estime que l'automobile bénéficie d'un regain d'attractivité qui rend le secteur plus intéressant aux yeux des étudiants que l'aéronautique.

D'ici la fin de l'année, la direction des ressources humaines de Renault aura fait signer à 1.000 postulants le contrat à durée indéterminé dont ils rêvaient pour faire évoluer leur carrière, entrer dans le monde du travail ou tout simplement quitter les effectifs de Pôle emploi. Annoncé en février, cet ambitieux plan de recrutement ne fait pas du constructeur le nouveau champion en la matière. Mais il marque un virage dans la gestion de ses effectifs jusqu'alors marquée par une indéniable austérité. Et ce jeudi 21 mai, la DRH a détaillé, branche par branche et compétence par compétence, les profils qu'il recherche dans le cadre de son vaste plan de recrutement annoncé en février.

Ces embauches figuraient parmi les contreparties aux accords de compétitivité signés par les salariés en 2013, en échange de leurs concessions sur les salaires et le temps de travail. A l'époque, l'alliance ne prévoyait de lancer la manœuvre que "mi-2016", rappelle Jean Agulhon, directeur des ressources humaines chez Renault France. Finalement, c'est dès cette année que la marque au losange recrutera 1.000 personnes en contrat à durée indéterminée dans tout l'Hexagone. 

Un regain d'image et d'attractivité

Il se trouve que l'horizon s'est dégagé. "En Europe de l'ouest, le marché est plus soutenu que prévu", souligne le DRH. Et puis Renault a presqu'entièrement renouvelé sa gamme. Clio 4, Kadjar, Kwid, nouvel Espace… Les nouveaux modèles de la marque, bien que produits hors de France, "ont été conçus au technocentre de Guyancourt", indique Jean Agulhon.

Dernier facteur qui a permis d'accélérer les embauches: les défis d'innovation qui se posent au monde de l'automobile, à l'heure ou des mastodontes comme Google se lancent dans la voiture sans conducteur. Pour suivre le mouvement, que ce soit sur la voiture autonome, la connectivité accrue ou l'électrisation des moteurs, "Renault a besoin d'acquérir de nouvelles compétences". 

Le partenaire de Nissan est confiant quant à sa capacité à attirer les meilleurs talents. Le DRH juge son groupe plus attractif qu'Airbus ou LVMH, les deux géants qui trustent les premières places des classements des entreprises préférées des étudiants. "L'industrie automobile est en plein regain d'image et d'attractivité", assure Jean Agulhon. A l'en croire les challenges à relever y sont actuellement "plus nombreux que dans l'aéronautique". 

Des gens de Google postulent chez Renault

Le DRH en veut pour preuve "la qualité et la quantité" de candidatures spontanées reçues ces derniers temps sur le site internet de la marque au losange. Et de citer, par exemple, "des gens de Google qui postulent parce qu'ils sont aujourd'hui des vétérans du big data et veulent devenir les pionniers de son application au monde de l'automobile". 

Ces profils intéressent tout particulièrement le constructeur. Il recherche justement des nouveaux employés au CV "en adéquation avec le présent et le futur de Renault", détaille Nadine Leclerc, la directrice de la filière expertise, qui s'occupe justement de définir les compétences dont le groupe a besoin.

Aujourd'hui, le constructeur cherche notamment à s'entourer de spécialistes de la téléphonie, du big data, ou du digital. Nadine Leclerc évoque par exemple "un référent Bluetooth capable de faire discuter la radio avec les différents médias, ou un modélisateur pour doter l'habitacle d'une technologie qui détecte quand il pleut, et active les essuie-glaces".

Nina Godart
https://twitter.com/ninagodart Nina Godart Journaliste BFM Éco