BFM Business

Grande rivale de TikTok, l'application chinoise de vidéos Kuaishou veut lever 6 milliards de dollars

Kuaishou va rejoindre la Bourse de Hong Kong. Ce devrait être la plus grosse introduction en Bourse dans le secteur de la tech depuis celle d'Uber en 2019.

Vous ne connaissez probablement pas le nom de cette application, et pourtant son introduction en Bourse pourrait être la plus importante, dans le secteur de la tech, depuis celle d'Uber en 2019. Kuaishou s'apprête à faire ses débuts à la Bourse de Hong Kong et cherche à lever plus de 6 milliards de dollars. Concurrente de Tik Tok, mais présente uniquement en Chine, l'application est l'une des 'success stories' de l'internet chinois, et compte notamment le géant Tencent à son capital.

Moins populaire que sa rivale, Kuaishou explose en ce moment en Chine: la plateforme revendique pas moins de 262 millions d'utilisateurs quotidiens et affiche un chiffre d'affaires en croissance de 50% sur les neuf premiers mois de l'année en 2020, avec 6,3 milliards de dollars (5,2 milliards d'euros).

L'essentiel de son business model repose sur la vente de cadeaux virtuels envoyés aux créateurs de vidéo, mais l'application tire de plus en plus de revenus de la publicité et développe le e-commerce en live streaming, très populaire en Chine, y compris dans les campagnes. Kuiaishou revendique d'ailleurs d'être une plateforme de proximité : son public est plus provincial que celui de Tik Tok, et elle se veut plus démocratique et moins 'bling bling' que sa grande rivale.

Sa valorisation a doublé

Sa valorisation, aujourd'hui estimée à plus de 60 milliards de dollars, a plus que doublé depuis sa dernière levée de fonds de 4 milliards de dollars l'année dernière : elle valait 28 milliards de dollars en février 2020. Son entrée à la Bourse hongkongaise sera néanmoins un test pour l'appétit des investisseurs au moment où l'introduction géante de Ant Group, la banque en ligne du géant Alibaba, a été stoppée à la dernière minute en novembre.

L'application semble, pour le moment, échapper aux efforts de Pékin pour mettre au pas ses géants technologiques, ce qui rassure les investisseurs. Numéro 2 derrière Douyin en Chine, la version chinoise de Tik Tok, Kuaishou se sent moins visé par le risque de régulation.

Simon Tenenbaum avec J. Br.