BFM Business

Europe des paiements: il ne reste qu'un mois pour se préparer

Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, a rappelé l'urgence du passage au système SEPA

Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, a rappelé l'urgence du passage au système SEPA - -

Il reste tout juste un mois aux entreprises pour passer au système de paiement Sepa unifiant les transferts de fonds au sein de l'Union européenne. Le gouvernement craint que toutes ne soient pas prêtes, en particulier les PME.

A compter du 1er février 2014, toutes les entreprises françaises devront passer, comme leurs homologues des autres pays de l'Union européenne, par les paiements Sepa, un système qui unifie et simplifie les transferts de fonds au sein de l'Union. Les virements seront ainsi exécutés en un jour ouvrable.

Or à ce jour, "seuls 66,7 % des virements échangés sur le système de paiement de détail français étaient conformes au format Sepa. Et les prélèvements Sepa ne représentent encore que 13,5 % des volumes totaux de prélèvements échangés", constatait Pierre Moscovici,le ministre de l'Economie, dans un communiqué publié le 16 décembre.

"Beaucoup de PME ne se rendent pas compte que si la migration n'est pas faite au 1er février, aucun décaissement ne pourra être fait", estime, lui, Thibaud Lanxade, le vice-président du Medef en charge des petites et moyennes entreprises.

La Banque de France de son côté a déjà alerté les entreprises. Dans un communiqué du 2 décembre, elle rappelait que "tout retard expose les acteurs concernés à voir leurs paiements bloqués". Elle a d'ailleurs mis en place un site pour aider les retardataires.

Risques de bugs informatiques

Le "Single Euro Payments Area", l'Espace unique de paiement en euro, est une nouvelle gamme de moyen de paiement en euros, commune à tous les pays européens. Les virement et prélèvements effectués par les entreprises devront obligatoirement respecter les nouvelles normes qui y sont liées.

Tous les pays de l'Union européenne, même ceux qui n'ont pas l'euro, sont membres du Sepa. En France ce virement est proposé par les banques depuis 2008 et le prélèvement depuis 2010.

Plus les entreprises attendent, plus leurs informaticiens risquent d'avoir du mal à ajuster les systèmes de paiement à temps. Déjà, 40.000 paiements de factures EDF avaient été rejeté en novembre, et le groupe avait mis en cause la norme européenne.

BFM Business.com