BFM Business

Troisième hausse consécutive des tarifs réglementés du gaz

Les tarifs réglementés du gaz progressent en septembre.

Les tarifs réglementés du gaz progressent en septembre. - Pierre Andrieu - AFP

Ces tarifs vont progresser de 0,4% en septembre. Ils avaient déjà connu une augmentation de 0,4% en juillet 2% en août.

Les tarifs réglementés du gaz vont augmenter en moyenne de 0,4% en septembre. Cette évolution tarifaire s'explique par une "légère hausse" de l'indice mensuel du prix du gaz sur les marchés de gros néerlandais et français (PEG Nord), précise la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie (ex-GDF Suez) à un peu plus de 6 millions de consommateurs, consistent en effet en un prix de détail, qui n'inclut pas encore les diverses taxes, mais comprend les coûts d'approvisionnement, révisés mensuellement, et les coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage et coûts commerciaux).

Dans le détail, ces tarifs augmenteront de 0,1% pour les foyers qui utilisent le gaz uniquement pour la cuisson, de 0,4% pour ceux qui l'utilisent pour le chauffage et de 0,2% pour ceux qui en ont un double usage (cuisson et eau chaude). Il s'agit de la troisième hausse consécutive, après celles enregistrées en juillet (+0,4%) et en août (+2%). Auparavant, la dernière hausse remontait à septembre 2015.

Baisse de 16,8% depuis janvier 2015

La CRE souligne que, depuis le 1er janvier 2015, les tarifs réglementés du gaz ont baissé en moyenne de 16,8%. Et depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l'ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents.

S'ils subsistent pour les particuliers, ces tarifs réglementés, encadrés par les pouvoirs publics, ont été totalement supprimés au 1er janvier pour les clients professionnels du gaz naturel et de l'électricité, qui ont dû obligatoirement souscrire une offre à prix libre.

D. L. avec AFP