BFM Business

Suez s'associe à une start-up pour produire du biogaz

Alors que le biogaz produit par Suez est jusqu'à présent converti en électricité, l'entreprise souhaite désormais l'injecter sur le réseau de distribution. (image d'illustration)

Alors que le biogaz produit par Suez est jusqu'à présent converti en électricité, l'entreprise souhaite désormais l'injecter sur le réseau de distribution. (image d'illustration) - Martina Nolte - Wikimedia - CC

À l'occasion du salon Pollutec qui se déroule à Lyon, Suez a annoncé s'être rapproché de la jeune entreprise Waga Energy afin d'injecter directement dans le réseau de distribution le biogaz produit sur l'un de ses sites de gestion des déchets.

Suez va bientôt injecter directement dans le réseau de gaz, le biogaz produit à partir des déchets stockés sur son site de Saint-Maximin (Oise), grâce à une technologie développée par la start-up Waga Energy. C'est "la première fois" qu'un site de stockage de déchets non dangereux de Suez est équipé d'un tel dispositif, précise à l'AFP Philippe Maillard, le directeur général des activités Recyclage et Valorisation de Suez en France.

Jusqu'ici le biogaz produit par les déchets stockés était converti en électricité, mais "avec un rendement de seulement 30 à 40%", a précisé ce cadre dirigeant soulignant que, contrairement à celui produit par un méthaniseur de déchets organiques (résidus alimentaires et de culture, etc.) ou une station d'épuration, ce biogaz "est très particulier, plus complexe, contenant des produits qu'il faut traiter avant de pouvoir l'injecter sur le réseau".

Produire 30 à 50% de biogaz en plus d'ici 5 ans

Waga Energy a ainsi mis une dizaine d'années à développer sa technologie, qui devrait être effectivement installée "en mars ou avril" sur le site de Suez. Grâce à cela, l'entreprise devrait pouvoir injecter 20 gigawattheures de biométhane par an dans le réseau, soit la consommation annuelle de 3.000 foyers.

Suez a également identifié deux autres sites de stockage, à Chevilly (Loiret) et à Conflans-en-Jarnisy (Meurthe-et-Moselle), qui pourraient, après des études de faisabilité, accueillir le dispositif. Si cela se concrétisait, cela permettrait à Suez d'augmenter de 20% la production nationale de biométhane. Pour rappel, Suez a fait de la valorisation du biogaz un de ses axes stratégiques prioritaires. Le groupe entend augmenter sa production de de 30 à 50% d'ici 5 ans.

A.M. avec AFP