BFM Business

Renouvelables: des investissements en baisse en 2013

Les capacités en solaire ont augmenté en 2013, mais l'installation des panneaux a coûté moins cher.

Les capacités en solaire ont augmenté en 2013, mais l'installation des panneaux a coûté moins cher. - -

Les investissements mondiaux dans les énergies nouvelles se sont élevés à 214 milliards de dollars en 2013, soit 14% que l'année précédente, selon un rapport de l'Onu paru ce lundi 7 avril. C'est en Europe que le ralentissement est le plus marqué.

"La transition énergétique est un sujet mondial", estimait Frédéric Saint-Geours, le président de l'UIMM, ce 5 avril sur BFM Business. Il a pourtant du plomb dans l'aile ces derniers temps, à en croire un rapport de l'Onu paru ce lundi.

Les investissements dans les énergies renouvelables (ENR) ont reculé en 2013. Un ralentissement particulièrement marqué en Europe, qui, pour la première fois, est dépassée par la Chine.

Ces investissements, hors grands barrages hydroélectriques, se sont élevés à 214 milliards de dollars dans le monde, soit 14% de moins qu'en 2012 et 23% de moins que lors de l'année record de 2011, selon cette étude.

Baisse des coûts de production

En cause, selon l'Onu: "l'incertitude politique dans plusieurs marchés", c'est-à-dire des doutes sur l'avenir de certaines subventions et mesures de soutiens aux énergies renouvelables, mais aussi "les coûts d'équipements en baisse".

Le coût des éoliennes terrestres et des panneaux photovoltaïques a chuté de 25% et 53% respectivement depuis mi-2009, une meilleure compétitivité qui réduit l'investissement nécessaire pour un même projet. La preuve: sur l'année, la quantité de gigawatts de photovoltaïque installés a été plus importante qu'en 2012 (39 contre 31).

Géographiquement, la Chine, en dépit d'une baisse de 6% de ses investissements en 2013 (56 milliards de dollars), ravit le titre de premier marché mondial à l'Europe, où l'activité s'est effondrée (-44% à 48 milliards). Suivent les Etats-Unis (-10% à 36 milliards) et le Japon (+80% à 29 milliards), qui connaît un boom dans le photovoltaïque après l'arrêt de ses réacteurs nucléaires.

L'Inde (-15% à 6 milliards) et le Brésil (-54% à 3 milliards), au plus bas depuis 2005, ont contribué au recul mondial. C'est la première fois que les investissements dans les pays émergents reculent.

N.G. avec AFP