BFM Business

Pourquoi EDF mise tant sur le secteur éolien chinois

Un parc éolien chinois situé dans la banlieue de Dongying

Un parc éolien chinois situé dans la banlieue de Dongying - AFP

En se portant acquéreur d’UPC Asia Wind Management, l’électricien français vient de réaliser une opération stratégique ayant pour objectif de lui donner plus de poids sur le marché chinois jugé "prometteur".

Les parcs éoliens chinois sont désormais (un peu) français. En annonçant l’acquisition de 80% de la société chinoise UPC Asia Wind Management (AMW) par le biais de sa filiale EDF Énergies Nouvelles, l’énergéticien français se positionne comme "le futur leader européen de l’éolien chinois."

Alors qu'EDF est déjà présent en Chine et exploite d'autres sources d'énergie (nucléaire, hydraulique, ...) ce premier pas dans l'éolien, jugé "très important" par Antoine Cahuzac, est la concrétisation d'un rêve vieux de deux ans. Le directeur général de la branche dédiée aux énergies renouvelables rappelle d’ailleurs que "les perspectives de développement en Chine sont supérieures à tout ce qui existe ailleurs dans le monde."

En reprenant UPC AMW, dont le reste du capital (20%) demeure aux mains de la société locale UPC China et du fonds d’investissement américain Global Environment Fund, EDF Énergies Nouvelles hérite de "174 mégawatts de projets éoliens en opération et de 130 MW de projets en construction."

Bruno Fyot, directeur général délégué d’EDF EN précise qu’à ce portefeuille, déjà bien fourni, s’ajoute un peu plus d’un gigawatt de projets en cours de développement sur le territoire. De son côté, l’entreprise française ambitionne de construire entre 200 et 500 mégawatts supplémentaires par an. Soit environ 2 gigawatts d’ici à 5 ans. Ce qui représente le double de la capacité éolienne actuellement installée par EDF en France.

Un marché dominé par les acteurs locaux 

Alors que le mix énergétique chinois offre toujours une large place au charbon (70%), la part des énergies renouvelables ne cesse de progresser ces dernières années. Ainsi, le marché chinois est devenu ces dernières années le premier dans le monde pour le développement de l'éolien. Près de la moitié des capacités mondiales installées dans l’éolien en 2015 l’ont été en Chine. Le pays vise d’ailleurs le cap des 250 gigawatts installés en 2020, contre 145 GW en 2015, bien que le charbon représente toujours environ 70% du mix énergétique du pays.

En raison de la domination des grands groupes publics chinois comme China Huadian Corporation, China Detang Corporation ou China Guodian Corporation, il est cependant difficile pour les entreprises occidentales de s'implanter sereinement sur le marché de l'énergie. Ainsi, en l'absence d'actionnaires chinois dans son capital, la société UPC AWM, désormais propriété d'EDF Énergies Renouvelables, sera certainement contrainte de développer ses projets en partenariat avec des acteurs locaux.

Une perspective qui semble ne pas effrayer le PDG du Groupe EDF. Dans un communiqué, Jean-Bernard Lévy salue l'implantation d'EDF EN en Chine, qui "s'inscrit parfaitement dans le cadre de la stratégie Cap 2030, axée sur les énergies renouvelables et l'international."

>> Retrouvez le cours de l'action EDF en temps réel sur TradingSat 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV