BFM Business

Pour 63% d’entre vous, consommer moins d’énergie est une nécessité

La transition énergétique passe aussi par une réduction de la consommation d'électricité.

La transition énergétique passe aussi par une réduction de la consommation d'électricité. - -

Vous êtes 63% à penser qu’utiliser moins d’énergie est une nécessité pour l’avenir. Au niveau national, des économies sont possibles et doivent être réalisées. Mais cela est-il possible au niveau mondial?

"Les économies d’énergie, ça rapporte!" Pour Denis Clodic, président d’Energy Research Innovation Engineering, la France peut réaliser des économies d’énergie dans trois secteurs principaux: le bâtiment, les transports et l’industrie.

La consommation d’énergie peut ainsi être divisée par 10 dans le bâtiment, et par 5 dans les transports, affirme le spécialiste des nouvelles technologies de l’énergie. Et pour 63% d’entre vous, ces mesures d’économies sont nécessaires.

Les pays européens se lancent dans la transition énergétique, mais la demande mondiale en énergie primaire va tout de même croître de 40% entre 2007 et 2030, tirée par les pays d’Asie et du Moyen-Orient. Au niveau mondial, les combustibles fossiles représenteront plus des 3/4 de l'augmentation de la demande en énergie entre 2007 et 2030.

Une forte hausse du pétrole et du charbon

Le charbon affichera la plus forte croissance en valeur absolue. La part du pétrole diminuera, même si ce dernier va demeurer le principal combustible utilisé dans le mix énergétique primaire en 2030. Les énergies renouvelables non hydrauliques afficheront les plus forts taux de croissance.

Électricité et transport sont les secteurs dont la demande d'énergie va augmenter le plus rapidement au niveau mondial d'ici 2030. Dans les pays émergents, la demande d'énergie dans ces secteurs devrait même être multipliée par trois.

Dans le domaine électrique, plusieurs options sont possibles: nucléaire, gaz naturel, charbon, centrale à cycles combinés. En revanche, la consommation de pétrole se concentre de plus en plus sur les secteurs du transport, où il représente 97 % de l'énergie consommée.

Changement de comportement

Dans cette augmentation de la demande d’énergie primaire, la part des pays en voie de développement, Chine, Inde, Brésil… représentera plus de 70%.

Et pourtant, il va falloir limiter nos besoins. Les engagements du protocole de Kyoto visent ainsi des plafonds de réduction des émissions de CO2. Le débat énergétique a ouvert les discussions sur la demande. L'Europe s'engage quand d'autres mettent en avant leur croissance.

Pour la France, François Hollande retient clairement le scénario d'une baisse de la consommation de 50% à l'horizon 2050. C'est une ambition forte. L’électricité jouerait toujours un rôle crucial. Ce scénario prévoit que l’efficacité électrique permette de diviser par deux la part du nucléaire (24,8%).

Les renouvelables, avec la biomasse, occuperaient plus de 50% du mix, et le gaz garderait un rôle significatif. A la clé: une modification nécessaire des comportements. La maîtrise de la demande en énergie se révèle ainsi l’un des défis majeurs des décennies à venir.

>> Comment économisez-vous l’énergie au quotidien ou pour votre entreprise? Venez partager vos opinions dans les commentaires.

Nathalie Croisé de BFM Business