BFM Business

Panneaux solaires: les entreprises européennes loin d'être sauvées

L'industrie solaire européenne est à la peine, et l'accord entre l'UE et la Chine ne devrait rien changer à la situation.

L'industrie solaire européenne est à la peine, et l'accord entre l'UE et la Chine ne devrait rien changer à la situation. - -

La Commission européenne a trouvé un accord avec la Chine sur l'importation de panneaux solaires. Mais ce compromis pourrait définitivement plomber les entreprises européennes déjà à la peine.

Il n’y aura finalement pas de guerre commerciale, que beaucoup redoutaient, entre l’Union européenne et la Chine. Samedi 27 juillet, la Commission européenne a, en effet, annoncé avoir conclu un accord amiable avec Pékin sur les importations de panneaux solaires chinois.

"Nous avons trouvé une solution amiable dans l'affaire des panneaux solaires UE-Chine qui va conduire à un nouvel équilibre sur le marché à un niveau durable de prix", a indiqué Karel De Gucht, le commissaire européen chargé du Commerce, dans un communiqué.

Prix minimum et volume limité

En juin dernier, l’Europe avait décidé de relever ses droits de douane de 11,8% sur les panneaux solaires chinois, avec la menace d’une nouvelle augmentation, de 47,6%, en août. La Chine était en effet accusée de dumping, dans un marché déjà en grande difficulté.

En réponse, Pékin avait annoncé de futures mesures de rétorsion sur le vin français et les voitures de luxe allemandes.

Les deux parties se sont donc mises d’accord sur un prix minimum de vente pour les panneaux solaires chinois importés, qui devrait être de 56 cents par watt. Cette tarification s'appliquerait aux sept premiers gigawatts (un gigawatt = 10 milliards de watts) de panneaux solaires importés et tout dépassement de ce quota serait frappé d'une taxe antidumping de 47,6%.

Un accord "absurde" selon le lobby européen du solaire

Si l’UE semble avoir trouvé un compromis acceptable, les professionnels du secteur semblent beaucoup moins optimistes.

Le groupement d'entreprises européennes du secteur européen ProSun considère ces chiffres comme absurdes, puisque les panneaux solaires chinois sont actuellement vendus à 59 cents par watt. Tandis que la limitation à sept gigawatts, elle, donnerait à Pékin une part garantie du marché.

L’industrie européenne du solaire, déjà plombée par des réductions d’aides publiques dans un contexte de rigueur économique, est loin d’être sauvée. Car l’accord trouvé entre l’Europe et la Chine semble ouvrir un boulevard à cette dernière.

Les faillites des Allemands Q-Cell et Solarhybrid, ou du Français Solar France –sans oublier le cas de Siemens, qui cherche à tout prix à se débarrasser de sa branche photovoltaïque- pourraient ainsi n’être que les premières d’une longue liste.

Par cet accord, l’Union européenne a donc sauvé la face, mais pas forcement ses entreprises.

Yann Duvert